BELGICUM

>Cela a existé. Cela disparaît. Apparaît alors Stephane Vanfleteren. Il traque cette Belgique du quotidien immobile, oublié, jeté avec ses rituels discrets, ses gueules, ses regards et ses coins d'ombres floues. Une exposition qui fait chaud au c£ur. A noter, dans les jardins, d'autres aspects de notre pays signés par 25 photographes.
...

>Cela a existé. Cela disparaît. Apparaît alors Stephane Vanfleteren. Il traque cette Belgique du quotidien immobile, oublié, jeté avec ses rituels discrets, ses gueules, ses regards et ses coins d'ombres floues. Une exposition qui fait chaud au c£ur. A noter, dans les jardins, d'autres aspects de notre pays signés par 25 photographes. >> Botanique, Bruxelles, jusqu'au 9 août. www.botanique.be >La photographe française Sophie Calle fait de la provocation et de l'intime son terrain de jeu préféré tout en nappant ses images d'une sauce intellectuelle de haut niveau (jusqu'au 13 septembre). Non loin, les sculptures récentes de Bernard Venet qui cherche toujours dans la mathématique (cette fois du désordre), une sorte de pureté absolue (jusqu'au 30 août). Jusqu'aux mêmes dates, notre facétieux Jacques Charlier expose (comme au musée Rops de Namur) les affiches (100 sexes d'artistes) refusées par la Biennale de Venise et dont Le Vif/L'Express publiera quelques perles tout au long du mois d'août. Enfin, les lauréats du prix de la jeune peinture. Le premier prix a été attribué à la photographe documentaire Lara Mennen. Jeroen Hollander, Nioco et Hemlena Sidiropoulos et Leon Vrancken ont été également retenus. >> Bozar, Bruxelles, jusqu'au 13 septembre. www.bozar.be >Un peu à l'écart des bruits, les jardins de la belle demeure Art déco du collectionneur hollandais Van Buuren accueillent chaque été un sculpteur de renom. Cette fois, on se promène de bosquets en massifs floraux à la recherche des £uvres de Pol Bury. Un bel accord entre la lenteur qui sied aux fleurs et celle des £uvres dont les mouvements sont à peine perceptibles. >> Musée Van Buuren, Bruxelles, jusqu'au 18 octobre. www.museumvanbuuren.com >La Fondation Roi Baudouin expose cinq ans d'acquisitions d'£uvres d'art et d'artisanat de création grâce au fonds Léon Courtin & Marcelle Bouché. Entre autres, la seule bague connue réalisée par Henry Van de Velde dans les dernières années du xixe siècle. >> Musée BELvue, Bruxelles, jusqu'au 20 septembre. www.belvue.be >On n'imagine pas tout ce qui se trouve accumulé dans les réserves d'un musée. Mais moins encore ce qu'un musée de la vie quotidienne possède comme trésors profondément ancrés dans les traditions oubliées. D'où cette exposition malicieusement mise en scène qui en étonnera plus d'un, liégeois ou non. >> Musée de la Vie wallonne, Vie de grenier, Liège, jusqu'au 31 août. www.viewallonne.be >" Il y a rire et rire ", dit-on au MAD. Sont ici réunies des £uvres créées par des artistes handicapés et d'autres autour du thème des diverses expressions du rire allant du " fou " rire à la grimace et au rictus. Une exposition dérangeante en ce qu'elle réveille aussi combien le rire dissimule la gêne, voire l'idiotie. >> MAD musée Liège, jusqu'au 12 septembre. www.madmusee.be >Partant toujours des années 1970 comme lieu de toutes les origines, l'exposition réunit trois générations d'artistes belges autour du traitement de l'image. Un choix très judicieux qui offre un beau panorama des nouvelles formes de " réalisme ". De Tuymans et Braeckman à Balleux et Wright, 80 noms. >> Musée d'Ixelles, Fading, jusqu'au 13 septembre. www.ixelles.be >On connaît la camera obscura. Véronique Massinger et Christine Felten travaillent depuis plus de vingt ans avec une " caravane-obscura ". Les paysages panoramiques toujours un peu flous jouent sur les deux aspects du documentaire ancien et de l'image romantique. >> Maison de la culture, Namur, jusqu'au 15 août. www.province.namur.be >Promenade-découverte encore entre Couvin, Nismes et Philippeville. Au menu, trois sculpteurs, Hilda Bogaert, Morette et surtout Daniel Fauville. De ce dernier on apprécie particulièrement les embarcations en fonte, mélange sensible entre la mémoire d'un matériau qui a fait l'histoire de sa ville (Charleroi) et la simplicité des formes dont l'apparence n'est pas sans rappeler l'univers des jouets de bois. >> Château Licot, parc de Nismes, Viroinval, jusqu'au 31 mai 2010. >Septième édition déjà de la biennale Artour qui a choisi cette fois de " se mettre au vert ". Soit via des expositions dans des lieux muséaux (au Centre de la gravure et au musée Ianchelevici), soit en plantant l'art au fil des paysages et du patrimoine architectural. L'occasion d'une balade festive entre Ecaussinnes et Morlanwelz, Boussort et Strépy-Bracquegnies. L'occasion de découvrir des artistes de chez nous et quelques autres. Notons particulièrement Hell'O Monsters au jardin d'hiver de Mariemont. >> Jusqu'au 30 août. www.artour.be >Duane Michals est toujours à l'honneur au Musée de la photographie. Des contes éveillés du photographe américain au documentaire sentimental rapporté par Vincent Delbrouck de Cuba, il y a plus d'un pas. L'être humain est ici le centre des préoccupations à cent lieues de la critique des protocoles menée par Christian Lutz, troisième invité du lieu. >> Musée de la photographie, Charleroi, jusqu'au 13 septembre. www.museephoto.be >A partir des années 1860, Wilhelm Busch fait paraître à Munich et à Hanovre ses caricatures. Mais s'il pointe particulièrement la bourgeoisie, il invente aussi la bande dessinée avec les aventures de Max et Moritz, ancêtres de nos Quick et Flupke. >> Musée Rops., Namur, jusqu'au 30 août. www.museerops.be >A l'occasion de l'ouverture du musée Hergé, quelques petits malins ont eu l'excellente idée d'organiser l'une ou l'autre exposition gravitant autour de l'univers de la bande dessinée. Ainsi, au musée de Louvain-la-Neuve, on a sorti toute la collection d'images d'Epinal. Réalisées au xixe siècle à Nancy, Metz, Pont-à-Mousson, Joinville et bien sûr Epinal, elles ont été les messagères populaires d'un imaginaire qui brasse aussi bien les héros saints et légendaires que ces autres, truculents à souhait. Notons qu'à Bruxelles la bibliothèque Wittockiana a retrouvé, dans une exposition sur la préhistoire de la BD, la trace d'un ancêtre de Tintin. Surprenant. >> Musée de Louvain-la-Neuve. Jusqu'au 13 septembre. www.muse.ucl.ac.be >> Bruxelles, bibliothèque Wittockiana. GUY GILSOUL