Les pouvoirs publics vont désormais financer les apps de revalidation destinées aux patients porteurs d'une prothèse totale de la hanche ou du genou. Cela concerne les apps destinées à prolonger à distance le traitement au cabinet du kinésithérapeute ou à l'hôpital. " Les apps peuvent présenter une énorme plus-value dans le secteu...

Les pouvoirs publics vont désormais financer les apps de revalidation destinées aux patients porteurs d'une prothèse totale de la hanche ou du genou. Cela concerne les apps destinées à prolonger à distance le traitement au cabinet du kinésithérapeute ou à l'hôpital. " Les apps peuvent présenter une énorme plus-value dans le secteur des soins. Ainsi, en revalidation : alors que le patient bénéficie au quotidien d'un feedback personnalisé sur sa progression, sans devoir attendre la prochaine consultation, le soignant peut suivre l'évolution de ses patients en continu et être automatiquement averti si l'un d'eux nécessite une attention particulière ", explique la ministre de la Santé Maggie De Block. Dans un premier temps, l'Inami financera le recours à ces apps de revalidation dans le cadre d'un essai clinique qui débutera le 1er octobre 2020, et qui comparera un programme de revalidation classique à un programme doublé d'un soutien par app. Les patients ne devront payer ni ticket modérateur ni suppléments pour l'utilisation de l'app ou des éventuels senseurs. Grâce à cette étude, les personnes qui le souhaitent pourront donc d'ores et déjà accéder à un programme de revalidation avec suivi à distance... et les décideurs politiques, le secteur des soins et les développeurs pourront récolter des informations supplémentaires sur l'efficacité et le rapport coût-efficacité de cette approche. Les recherches seront coordonnées par l'UZ Gent sous la supervision du Centre Fédéral d'Expertise des Soins de Santé (KCE). Pour l'instant, une seule appli (moveUP) a été retenue dans le cadre de cette étude.