ELIO DI RUPO. Président du PS, bourgmestre de Mons. Depuis plus de cinq ans, il porte le dossier " Mons 2015 ". Comme Martine Aubry à Lille (capitale européenne de la culture en 2004), Di Rupo veut faire de ce projet un tremplin pour sa ville, et la cerise sur le gâteau de son parcours politique. En réalité, les chances que l'initiative liégeoise fasse dérailler la candidature de Mons sont minimes. Mais cette concurrence imprévue commence tout doucement à agacer Di Rupo... Depuis deux mois, lui et Demeyer se téléphon...

ELIO DI RUPO. Président du PS, bourgmestre de Mons. Depuis plus de cinq ans, il porte le dossier " Mons 2015 ". Comme Martine Aubry à Lille (capitale européenne de la culture en 2004), Di Rupo veut faire de ce projet un tremplin pour sa ville, et la cerise sur le gâteau de son parcours politique. En réalité, les chances que l'initiative liégeoise fasse dérailler la candidature de Mons sont minimes. Mais cette concurrence imprévue commence tout doucement à agacer Di Rupo... Depuis deux mois, lui et Demeyer se téléphonent quasi chaque jour, ce qui montre à la fois l'importance de l'enjeu et la nervosité qui entoure ce dossier. En tout cas, les relations entre les deux hommes se sont détériorées. A tel point que, selon plusieurs socialistes, " Di Rupo méprise Demeyer ". DIDIER REYNDERS. Vice-Premier ministre, président du MR, chef de groupe MR au conseil communal de Liège. Dès l'été, il a envoyé une lettre à tous les militants liégeois du MR en leur demandant de signer la pétition appelant à la tenue d'une consultation populaire portant sur " Liège 2015 ". En appuyant la candidature de Liège comme capitale européenne de la culture, Reynders fait coup double. Dans sa ville, il déstabilise la majorité PS-CDH. Au niveau wallon, il trouve une belle occasion d'enquiquiner Di Rupo. WILLY DEMEYER. Bourgmestre de Liège, président de la fédération liégeoise du PS. Pris en étau entre ses administrés et son président de parti, il se retrouve dans une situation impossible. " Je suis d'accord avec les jeunes du collectif Liège 2015 : notre ville possède un grand potentiel culturel. Simplement, c'est un mauvais timing ", se défend-il. Demeyer n'a pas vu venir l'ouragan. Un moment déstabilisé, il s'est même exclamé, lors d'une réunion avec sa garde rapprochée : " Di Rupo, je m'en fiche. " Pas banal pour un homme qui rêve de devenir ministre, et que certains considèrent toujours comme un possible futur président du PS. BOULI LANNERS. Cinéaste. Le réalisateur d' Ultranova, qui vit sur une péniche au bord de l'Ourthe, s'est peu impliqué dans le débat autour de Liège 2015. Il s'est contenté d'une opération éclair, mais décisive. Quand il a appris que le collectif avait négocié un accord avec Willy Demeyer, et qu'il renonçait à revendiquer le titre de capitale européenne de la culture, il est allé lui-même poster les 22 000 signatures de la pétition demandant l'organisation d'une consultation populaire sur le sujet. De façon plus symbolique, il a mobilisé son copain Benoît Delépine (alias Michael Kaël, de Canal +), qui a annoncé très officiellement que Groland soutenait la candidature de Mons.