Pas trop tôt, ce retour sur terre au bout de 19 heures et 16 minutes passées en l'air. Dimanche 20 octobre, le vol QF7879 de la compagnie australienne Qantas s'est posé comme une fleur sur l'aéroport de Sydney. L'appareil ne venait pas seulement de loin, de l'aéroport JFK...

Pas trop tôt, ce retour sur terre au bout de 19 heures et 16 minutes passées en l'air. Dimanche 20 octobre, le vol QF7879 de la compagnie australienne Qantas s'est posé comme une fleur sur l'aéroport de Sydney. L'appareil ne venait pas seulement de loin, de l'aéroport JFK de New York, il en venait surtout en droite ligne. Jamais un vol aussi long n'avait été accompli sans escale. Le Boeing 787-9 Dreamliner reconditionné pour l'occasion avait été allégé de ses kilos superflus : pas plus de 233 tonnes au décollage, dont 101 tonnes de kérosène nécessaires pour parcourir les 16 000 kilomètres du trajet tout d'une traite. Avec présence renforcée dans le cockpit où quatre pilotes se sont relayés aux commandes. Avec présence en cabine réduite à 49 passagers, des employés de Qantas sous la loupe de chercheurs attentifs à leur niveau de mélatonine, " l'hormone du sommeil ". Repas épicés, caféine, lumières tamisées pour favoriser l'endormissement, exercices physiques pour contrer l'engourdissement : tout était pensé pour que les cobayes du ciel n'aient pas trop à souffrir de la durée inhabituelle du voyage, singulièrement de l'épreuve du décalage horaire. Trop cool, ce vol (très) long-courrier. Moins d'un mois plus tard, la compagnie australienne récidivait : Londres- Sydney en 19 heures 19 minutes, 17 750 kilomètres avalés sans reprendre haleine.