Le Vif/L'Express

Vue web

Tests, tracing, masques. A quatre jours de la phase 1B, des incertitudes pèsent sur l'après-11 mai. Les modalités sont connues, mais tous les outils ne semblent pas être prêts. Cela devra être absolument le cas dans quelques jours.

EN COUVERTURE

Décor sans faste pour une victoire sans joie. Ce soir-là, des hauts gradés britanniques, américains, soviétiques, français et allemands se retrouvent dans une petite villa située en banlieue berlinoise. Un peu comme au cinéma, chacun joue son rôle. A la perfection. Pourtant, personne n'est dupe. Le scénario, assurément, est étrange.

LES COULISSES DE L'HISTOIRE

Le vol d'une plaque d'immatriculation doit être signalé à la police. Elle est alors retirée de la circulation pour éviter que des méfaits soient commis par le voleur au nom du propriétaire légitime. Exception : les plaques personnalisées, une fois retrouvées, peuvent être remises en circulation.

LES INDISCRETS

Le remboursement des antidépresseurs coûte à l'Etat plusieurs dizaines de millions d'euros par an. Et parmi les consommateurs, on signale de jeunes adolescents.

LES INDISCRETS

L'affaire secoue le Collège d'Europe à Bruges : la prochaine rectrice pourrait être l'ex-cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini, alors qu'elle n'a ni les titres ni l'expérience requis.

LES INDISCRETS

Très critiqué par les laboratoires cliniques universitaires pour les avoir écartés des missions de dépistage du Covid-19, Philippe De Backer (Open VLD, photo) déclarait, le 28 avril dernier, devant la Chambre, avoir d'abord eu l'idée de travailler avec ceux-ci, les avoir contactés, puis avoir constaté, pour tous ces laboratoires, qu'il n'y avait pas assez d'écouvillons ni de réactifs.

LES INDISCRETS

Va falloir porter autre chose que des pantoufles. Ça va leur faire bizarre, aux pieds, de se reposer dans des escarpins, des bottillons, des sandales (autres que des claquettes). Le confinement avait au moins l'avantage du confort plantaire. Le coronavirus aura changé beaucoup de choses, mais malheureusement pas la pertinence d'une paire de savates en forme de licornes (ou autre modèle) sur un lieu de travail. Alors il y avait ces baskets, là, sur un site de vente en ligne. Des blanches, printanières, le contrefort tout en paillettes, le pied droit barré d'un "sororité" argenté.

ARMES ÉGALES

Dans un monde idéal, à pouvoir choisir le ministre de l'Enseignement de ses rêves, il embaucherait au nord du pays et signerait des deux mains pour Ben Weyts. "Directement !" a dit Georges-Louis Bouchez dans la presse flamande. Las, le monde n'est jamais idéal. Et le président du MR doit se satisfaire de la socialiste Caroline Désir à la tête de l'école francophone.

ET LA FLANDRE DANS TOUT ÇA ?

En cette période inédite de crise du coronavirus, Le Vif/L'Express s'est associé à l'UCLouvain pour un partenariat exceptionnel. Posez toutes vos questions à ses professeurs et chercheurs, ils vous répondent sur levif.be/expertsUCLouvain. La page, dont voici quelques extraits, est actualisée en permanence.

HISTOIRE

Faute de perspectives d'accord avec Londres sur la relation post-Brexit, le doute s'insinue côté européen : comment s'entendre avec un partenaire qui pratique par tactique la guerre des nerfs et s'arc-boute sur sa chimère souverainiste ?

MONDE

Minée par la dépression, Ayo a rebondi et donné des couleurs jazz à ses chansons écorchées. Le résultat s'intitule Royal, album lumineux pour une époque qui en a bien besoin.

CULTURE

C'est l'un des effets paradoxaux du confinement : les collections des musées renouent avec la visibilité. Retour sur cinq propositions en ligne qui valent le coup d'oeil.

CULTURE

Souvent perçu comme gagné au profit et à la spéculation, le marché de l'art est susceptible de faire valoir un autre profil en temps de crise : le care. Quand galeristes, artistes et maisons de vente prennent soin du monde.

CULTURE

L'écrivain Velibor Colic, né en Bosnie en 1964, réfugié en France depuis 1992, propose avec Le Livre des départs un récit cocasse et émouvant autour de la littérature et de l'errance des migrants.

CULTURE

Quand on parle du diable est un chaudron où mijotent l'horreur maléfique de la Grande Guerre, personnages historiques et Outremonde peuplé de démons.

CULTURE

Qu'est-ce que ce virus, cette pandémie, ce moment impensable vous a révélé ? Sur vous, sur vos proches, sur le monde, les gens, l'Etat, la vie. De beau aussi, peut-être, qui sait, à toute chose malheur peut être bon. Qu'est-ce que cet événement historique et sans frontières remue, donc, et parfois très fortement, au fond de vous ?

CORONAVIRUS

Ismaël Saidi ne l'écrit pas. Mais le virus, il l'a contracté. Il ne s'est pas rendu à l'hôpital, parce qu'on répétait qu'il ne fallait pas engorger les services d'urgence. Alors, l'auteur belge s'est battu dans un appartement à Paris, où il est confiné. Avec une obsession, qui prenait tout l'espace et le temps : "Respirer. Je dois respirer." En restant connecté à la réalité. Qu'il transperce sans ménagement.

CORONAVIRUS

Elle courait aux quatre coins de la planète. Elle enchaînait les concerts, les cours, les trajets. Elle ne vivait que pour le public. Et la voilà consignée à domicile. Seule. Le confinement, qu'elle a appris lors d'une réception au Palais royal, a enseigné à la pianiste belge Eliane Reyes, repliée à Verviers, quelque chose qui oscille entre zénitude et fatalisme.

CORONAVIRUS

Une crise précédente, très personnelle, lui a permis de " gérer plutôt bien " celle-ci. Qui lui a filé quand même de nouvelles données, dit-elle. Sur elle. Mais pas que. Florence Mendez, humoriste belgo-espagnole, confinée à Bruxelles, habitée depuis longtemps par les angoisses, a découvert, aussi, que le goût des autres, au fond, comme le sien, ce n'est pas forcément toujours amer.

CORONAVIRUS

Elle en a tant vu et tant vécu, déjà, Jacqueline Aubenas ! Dont l'enlèvement de sa fille journaliste, Florence, en Irak, il y a quinze ans. La pandémie et les mesures qui en découlent lui ont permis, dit-elle, de réinventer sa vie. De reconfigurer sa mémoire. Et d'avoir l'envie, joyeuse, depuis sa claustration à Ixelles, de repenser le monde.

CORONAVIRUS

Au Congo, le virus et sa pandémie ont définitivement mis en lumière l'absence d'Etat, dénonce Sinzo Aanza. Depuis son confinement à Kinshasa, le jeune écrivain et artiste visuel démontre l'absurdité de la situation dans laquelle se trouve cet Etat. Vis-à-vis du citoyen et de l'espace dont il est censé organiser, protéger et projeter la vie collective.

CORONAVIRUS