L'Eglise et ses savants en chambre, quelque peu misogynes selon feu Christian de Duve, prix Nobel de médecine, s'est toujours fendue d'encycliques moralisatrice...

L'Eglise et ses savants en chambre, quelque peu misogynes selon feu Christian de Duve, prix Nobel de médecine, s'est toujours fendue d'encycliques moralisatrices, notamment dans des matières personnelles dont elle n'avait pas à se mêler. C'est du même acabit que ces recommandations pédagogiques par des parents d'élèves à des instituteurs détenteurs, eux, du savoir pédagogique. Aujourd'hui, pour peu qu'on ait une grande gueule, on a le droit d'avoir un avis sur tout. Et les journalistes d'interroger les vedettes sur tout et n'importe quoi, dans des domaines dans lesquels elles n'ont aucune compétence. C'est le vacarme du monde qui pollue tout [...]. Les marches pour le climat sont révélatrices de la tyrannie d'une jeunesse crainte par les autorités qui, par démagogie, feignent de la soutenir.