L'Etat français abandonne définitivement ce qu'il lui restait d'autorité. Son gouvernement renonce, après cinquante ans de palabres, à la construction de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) pourtant app...

L'Etat français abandonne définitivement ce qu'il lui restait d'autorité. Son gouvernement renonce, après cinquante ans de palabres, à la construction de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) pourtant approuvée lors d'une consultation populaire. La vraie raison : la terreur qu'un opposant soit tué lors d'affrontements avec la police. On peut appeler cela le syndrome Remi Fraisse, du nom de ce militant opposé à la construction d'un barrage dans le Tarn et tué à Sivens en 2014. L'autorité de l'Etat ne vaut plus le risque d'une vie. [...] Fallait-il ou non construire cet aéroport ? Il y avait du pour et du contre, mais la raison profonde de la décision est un renoncement. Ce qu'il aurait fallu faire ? D'abord évacuer la zone occupée par les " zadistes " (appelée, par eux, " zone à défendre "). Ensuite, ensuite seulement, prendre une décision, quelle qu'elle soit. Curieux (pour le socialiste que je suis) : seule Marine Le Pen, opposée à la construction, le préconisait. Ils avaient raison, les combattants d'Indochine ; déjà : " Adieu, vieille Europe, que le diable t'emporte "...