Les origines de plusieurs de nos villes remontent au viie siècle et sont liées à des fondations monastiques établies par un saint : Gertrude à Nivelles, Begge à Andenne, Landelin à Lobbes, Waudru à Mons, Vincent à Soignies, Aldegonde à Maubeuge, Ghislain à Saint-Ghislain... Ces saints, bien entendu, ne créent pas des villes, mais ils implantent des noyaux de peuplement, créent des sanctuaires qui, peu à peu, vont attirer autour d'eux des populations et susciter une activité économique. Saint Hubert fait transférer les reliques de saint Lamb...

Les origines de plusieurs de nos villes remontent au viie siècle et sont liées à des fondations monastiques établies par un saint : Gertrude à Nivelles, Begge à Andenne, Landelin à Lobbes, Waudru à Mons, Vincent à Soignies, Aldegonde à Maubeuge, Ghislain à Saint-Ghislain... Ces saints, bien entendu, ne créent pas des villes, mais ils implantent des noyaux de peuplement, créent des sanctuaires qui, peu à peu, vont attirer autour d'eux des populations et susciter une activité économique. Saint Hubert fait transférer les reliques de saint Lambert de Maastricht à Liège, qui deviendra rapidement, au siècle suivant, une agglomération importante. A l'époque où les saints de nos régions se distinguent, le royaume des Francs traverse des périodes de troubles et de grande confusion. Subdivisé après la mort de Clovis (511) et celle de Clotaire (561), le pays est à nouveau gouverné, pendant dix ans, par un seul roi, l'excellent Dagobert Ier. Mais, après sa mort, en 639, la Neustrie (située entre la Loire et l'Escaut) et l'Austrasie (bassins de la Meuse et de la Moselle) redeviennent des entités rivales, ayant un roi propre. Cette période est marquée par la montée en puissance de l'aristocratie et des maires du palais. Née vers 626, sainte Gertrude est la fille de Pépin de Landen, maire du palais de Dagobert, et la s£ur de Begge d'Andenne. Sur le conseil de saint Amand, Gertrude transforme le château familial de Nivelles en monastère mixte, ce qui fâche l'aristocratie austrasienne. Elle se lie alors d'amitié avec saint Feuillen, moine irlandais, qu'elle met à contribution pour l'enseignement des Ecritures. Waudru et Madelgaire, le futur saint Vincent, sont, eux aussi, issus de grandes familles d'aristocrates. L'historienne Anne-Marie Helvétius soutient que l'entrée du couple en religion est liée non pas à leur souhait de se consacrer à Dieu, mais plutôt au climat politique des années 650. L'échec du coup d'Etat fomenté en 656 par le maire du palais d'Austrasie Grimoald (le frère de Gertrude) aurait provoqué la disgrâce de Madelgaire. Une hypothèse ingénieuse. Quelques années plus tard, saint Lambert est victime, à son tour, d'une vendetta au sein de la cour austrasienne. Fils de bonne famille, l'évêque de Tongres-Maastricht est déposé au profit d'un certain Pharamond, puis replacé sur son siège par Pépin II de Herstal (le fils de sainte Begge d'Andenne) et enfin assassiné à Liège par un certain Dodon, haut fonctionnaire du duc d'Austrasie. Lambert aurait reproché à Pépin, déjà marié, de vivre en concubinage avec une autre femme, la belle Alpaïde. Mais la critique récente rejette les hagiographies qui ont fait d'Alpaïde la s£ur de Dodon et la commanditaire du crime. L'histoire de nos saints, quelle aventure ! O.R.