Dans sa forme élémentaire, c'est une sorte d'éprouvette, fixée sur un support. Gradué, il est destiné à mesurer les précipitations, pendant un certain temps et à un certain endroit. Son principe: un m...

Dans sa forme élémentaire, c'est une sorte d'éprouvette, fixée sur un support. Gradué, il est destiné à mesurer les précipitations, pendant un certain temps et à un certain endroit. Son principe: un millimètre de pluie correspond à la quantité de litres tombée sur un mètre carré. L'information est capitale pour gérer les cultures et prévoir leur rendement. Quelque 400 ans avant Jésus-Christ, les Indiens se livraient déjà à cet humide mesurage, en utilisant des bols. Le premier pluvio- mètre, en bronze, fut mis au point en Corée, en 1441. Selon, notamment, la force du vent ou la proximité éventuelle de bâtiments, le niveau des eaux récoltées peut varier. Idéalement, l'instrument doit donc être placé à un mètre du sol environ. Les appareils actuels sont équipés de systèmes numériques d'enregistrement continu de données, relevables à distance, ce qui en fait des pluviographes qui, apprend-on sur le Net, "permettent même d'émettre des avis aux populations en cas de pluies torrentielles"...