Si l'on additionne les nouvelles têtes (une bonne trentaine), ceux qui (comme les MR Jean-Luc Crucke et Pierre-Yves Jeholet) reviennent à Namur après deux années d'infidélité fédérale, ou encore quelques députés Ecolo (Xavier Desgain ou Luc Tiberghien) réélus après cinq ans de traversée du désert, on constate que le parlement wallon connaît un remarquable renouvellement. Lorsqu'en outre les ministres régionaux et/ou communautaires auront été désignés et remplacés par leurs suppléants, des petits nouveaux en majorité, une...

Si l'on additionne les nouvelles têtes (une bonne trentaine), ceux qui (comme les MR Jean-Luc Crucke et Pierre-Yves Jeholet) reviennent à Namur après deux années d'infidélité fédérale, ou encore quelques députés Ecolo (Xavier Desgain ou Luc Tiberghien) réélus après cinq ans de traversée du désert, on constate que le parlement wallon connaît un remarquable renouvellement. Lorsqu'en outre les ministres régionaux et/ou communautaires auront été désignés et remplacés par leurs suppléants, des petits nouveaux en majorité, une grosse moitié de l'assemblée aura ainsi fait peau neuve. Par contre, de nombreux électeurs sont en droit de se demander pourquoi ou pour qui ils sont allés voter. Huit députés élus ne sont pas venus prêter serment mardi et se sont d'ores et déjà désistés, laissant la place à leur suppléant : André Flahaut (PS) à Léon Walry en Brabant wallon ; le secrétaire d'Etat Melchior Wathelet (CDH) à Marc Elsen pour Verviers ; le bourgmestre de Liège Willy Demeyer (PS) à Maggy Yerna ; le secrétaire d'Etat Jean-Marc Delizée (PS) à Jean-Claude Maene pour Dinant ; pour Mons, la ministre Catherine Fonck (CDH) à Carlo Di Antonio, tandis que Didier Donfut (PS), resté sur les listes malgré les accusations portées contre lui, et qui a été élu contre toute logique, a laissé la place à Camille Dieu, première suppléante, qui n'en a pas voulu et s'est effacée au profit de Pierre Tachenion ; et enfin Charleroi pour la bonne bouche comme d'habitude, avec le renoncement d'Eric Massin (PS) en faveur d'Ingrid Colicis qui n'en a pas voulu et cède le siège à Hugues Bayet, tandis que Philippe Busquin (PS) donne le sien à Serdar Kilic, d'origine turque, le premier musulman du parlement wallon ( lire notre encadré). Et ce n'est sans doute pas fini avec Charleroi : le ministre fédéral Paul Magnette (PS) - tout comme la secrétaire d'Etat liégeoise Julie Fernandez (PS) - était absent et devrait prêter serment lors d'une séance ultérieure. Mais Paul Magnette, qui a toujours affirmé qu'il resterait au gouvernement fédéral, fera donc monter un 3e suppléant, en l'occurrence une suppléante, la toute jeune Graziana Trotta, 24 ans, qui sera la benjamine ( voir également notre article en page 22). Et pour peu que le ministre de l'Enseignement Christian Dupont, de la même liste, retrouve un poste ministériel, c'est Patrick Moriau qui le remplacerait. Quatre des cinq députés PS de Charleroi seraient ainsi des suppléants... Charleroi qui, par ailleurs, montre le bon exemple, et applique déjà le décumul : Eric Massin et Ingrid Colicis ont en effet préféré le mandat d'échevin à celui de député wallon. Michel Delwiche