Lentement mais sûrement, le management de Nethys recule sous la poussée de son propre conseil d'administration et de celui de Finanpart, en voie de dissolution. Publifin, présidée par Stép...

Lentement mais sûrement, le management de Nethys recule sous la poussée de son propre conseil d'administration et de celui de Finanpart, en voie de dissolution. Publifin, présidée par Stéphanie De Simone, va reprendre la main sur sa filiale privée grâce à une nouvelle convention de gestion. Les cadors liégeois (Marcourt, Bacquelaine, Greoli) ont donné le signal. Avec une date limite pour proposer le périmètre et le casting du groupe : le 31 mars. Béni par le pouvoir wallon, un rapprochement s'opère entre Resa et Ores. Le siège de Bénédicte Bayer (directrice de Publifin, photo) ne tient plus qu'à un fil : elle sera encadrée par une équipe externe. Gil Simon, secrétaire général de Nethys, a déjà envoyé le signal qu'il se soumettrait à la limite salariale de 245 000 euros brut par an. Stéphane Moreau " descend " dans le CA de nombreuses filiales du groupe et s'acoquine avec Telenet, à la recherche d'une base de repli rémunératrice.