Les cartes tombèrent des mains moites. Les verres se pétrifièrent dans une fixité horrifiée. Inconsciemment, les clients du café s'étaient agrippés les uns aux autres. Tous les silences étaient braqués sur la porte. Une femme, belle - quoique dotée d'un crâne en plexiglas transparent hérissé de câbles - occupait l'entrée. Trop raide, le regard trop ahuri, les seins trop gonflés : une Audrey Hepburn de cauchemar (1). L'androïde étira bizarrement ses sourcils et, dans un ronronnement mécanique, se mit à balayer la salle de ses yeux-caméras vert cuivré.
...