Fin mai, rendez-vous à la gare du Midi, où le transit bruxellois dégorge ses voyageurs dans l'agora encombrée du noeud ferroviaire. La Hongroise Veronika Harcsa, 36 ans, en fait partie : sa halte de 48 heures dans la capitale, en provenance de Londres, a pour but un concert et un tournage de clip avec Next.Ape. Le projet lancé il y a quelques mois par le batteur-compositeur Antoine Pierre traque le trip-hop avec des réminiscences de Massive Attack jazzy. Sur le premier EP, Harcsa fait planer ses textes dans ce qu'il faut bien qualifier d'absolue pureté vocale, le genre de larynx capable de défier les cimes sans jamais manquer d'oxygène émotionnel. La jeune femme - qui accuse une décennie de moins que son âge biologique - est de la race des chanteuses intégrales. Capable d'éclipser à peu près toutes les interprètes belges féminines sur le marché, incluant celles au succès plus tapageur et formaté.
...