En 2009, comme ses collègues de la télévision privée chinoise, Roseann Lake, 25 ans, était diplômée, indépendante et célibataire. Mais elle était aussi blonde, américaine, et loin de se douter des angoisses de toutes ces jeunes Chinoises de talent qui subissent une énorme pression sociale et familiale pour se marier. Alors, la journaliste, aujourd'hui à The Economist, a enquêté. Des centaines d'interviews plus tard, elle dépeint dans Casse-tête à la chinoise : mari ou carrière ? (1) l'étonnant paysage d'un pays sous emprise.
...