PÉROU Deux voitures piégées explosent à Lima. L'attentat se produit à deux pas de l'ambassade américaine et à quelques jours seulement de la visite officielle du président Bush. Neuf personnes sont mortes et trente ont été blessées (21/3).
...

PÉROU Deux voitures piégées explosent à Lima. L'attentat se produit à deux pas de l'ambassade américaine et à quelques jours seulement de la visite officielle du président Bush. Neuf personnes sont mortes et trente ont été blessées (21/3). GRANDE-BRETAGNE Une femme, dont l'identité est tenue secrète, obtient le droit de mourir. Paralysée depuis un an, elle reçoit de la justice britannique l'autorisation de faire débrancher l'appareil respiratoire qui la maintient en vie (22/3). ITALIE De un à deux millions de personnes manifestent dans les rues de Rome. Les Italiens répondent à l'appel du premier syndicat du pays pour dénoncer le projet de réformes sociales du gouvernement et pour exprimer leurs craintes quant à un retour possible du terrorisme (23/3). ùUne grève générale de huit heures est annoncée pour le 16 avril (26/3). Page 54 NIGERIA Safiya Hussaini ne subira pas le châtiment de la lapidation pour adultère. Elle a été acquittée en appel. La bonne nouvelle est assombrie par la condamnation, pour les même faits, d'une autre Nigériane (25/3). AFGHANISTAN Un séisme dévastateur frappe le nord du pays. Un bilan provisoire fait état de 3 000 morts, 4 000 blessés, et 20 000 sans-abri (26/3). Ci-contre EUROPE Les Quinze donnent leur feu vert à Galileo, le projet européen de navigation et de positionnement par satellite (26/3). Page 11 FRANCE Un homme ouvre le feu au le conseil municipal de Nanterre, dans la banlieue parisienne. Il tue 8 élus. Une vingtaine de personnes ont également été grièvement blessées. Le forcené est placé en garde à vue (27/3). ùLa France et l'Italie se mettent d'accord sur le principe d'une ouverture progressive aux poids lourds dans le tunnel du Mont-Blanc (26/3). BEYROUTH Les dirigeants des pays arabes se rassemblent pour fixer les conditions de paix avec Israël. Malgré l'importance du sommet, de nombreux dirigeants arabes sont absents. Yasser Arafat a dû renoncer à faire le déplacement. L'autorité Palestinienne craignait que son retour ne soit pas assuré. Ariel Sharon, lui, avait déjà écarté la possibilité du départ d'Arafat, soutenant que les "conditions n'étaient pas mûres" (27/3).