Un samedi ensoleillé d'hiver. A un jet de pierre de Huy, on pénètre au coeur du bois de Tihange, le " poumon " de la ville. Une drève majestueuse, plantée de marronniers, mène au domaine du château du Fond l'Evêque, reconverti en Institut tibétain Yeunten Ling (" jardin des grandes qualités "). Une grande statue de Bouddha, couverte d'or précieux, accueille les visiteurs. Ici, on bascule dans un autre monde. L'ambiance, solennelle et silencieuse, est pourtant légère, l'accueil simple et chaleureux. Après un savoureux repas pris à la table d...

Un samedi ensoleillé d'hiver. A un jet de pierre de Huy, on pénètre au coeur du bois de Tihange, le " poumon " de la ville. Une drève majestueuse, plantée de marronniers, mène au domaine du château du Fond l'Evêque, reconverti en Institut tibétain Yeunten Ling (" jardin des grandes qualités "). Une grande statue de Bouddha, couverte d'or précieux, accueille les visiteurs. Ici, on bascule dans un autre monde. L'ambiance, solennelle et silencieuse, est pourtant légère, l'accueil simple et chaleureux. Après un savoureux repas pris à la table d'hôte avec les participants du stage, nous nous dirigeons vers le temple, décoré de couleurs vives et chatoyantes. Cet espace vaste, aéré et propice au recueillement et à la méditation est dédié à l'enseignement, aux rituels et aux exercices pratiques. Tout le monde s'installe sur des nattes. Le lama Zeupa fait son entrée pour dispenser un cours de yoga tibétain. Silence, concentration, respiration, méditation... Deux heures plus tard, on se sent parfaitement détendu, calme, serein et empli de paix intérieure. L'Institut Yeunten Ling a vu le jour en 1983, à l'initiative d'une poignée de Belges, passionnés par le bouddhisme. Il leur a fallu trois ans pour dénicher ce petit paradis, situé dans un lieu facile d'accès. En 2013, le lama Zeupa en est devenu le directeur spirituel. Ce n'est ni un monastère ni une communauté, mais plutôt un centre culturel où les adeptes du bouddhisme peuvent vivre leur culte et le développer. L'étude du bouddhisme et l'enseignement (stages de deux, voire de plusieurs jours) sont évidemment au coeur des activités. Le dalaï-lama est venu y enseigner à cinq reprises, la dernière fois en mai 2012. On peut aussi y apprendre à méditer, s'initier à la peinture tibétaine, effectuer une courte retraite ou encore pratiquer le yoga tibétain. Conçu spécialement pour les Occidentaux par le lama Zeupa, il combine des exercices physiques, la récitation des mantras, la méditation et des exercices respiratoires inspirés du qi gong. L'Institut est ouvert à tous, et à toutes les confessions. L'affluence est importante, entre 8 000 et 10 000 personnes par an et ne cesse de progresser. Mais que vient-on chercher à Huy ? Le bouddhisme aime les métaphores et l'une des responsables nous donne cette jolie réponse : " Chacun vient ici avec son filet à papillons et prend ce qu'il veut. " Plus concrètement, il y a ceux qui souhaitent approfondir la doctrine via un enseignement poussé et rigoureux. Mais la plupart recherchent plutôt un art de vivre. Ils veulent apprendre à " relativiser ", à " aller à l'essentiel ", à " ne pas se prendre la tête pour n'importe quoi " et à " profiter de l'instant présent ". www.institut-tibetain.orgPar Barbara Witkowska