Sur la paralysie politique dénoncée par une partie de la population depuis l'automne 2019 et la débâcle...

Sur la paralysie politique dénoncée par une partie de la population depuis l'automne 2019 et la débâcle économique aggravée par la pandémie de Covid-19 s'est greffée le 4 août l'explosion accidentelle, paroxysme de l'incurie, au port de Beyrouth (plus de deux cents morts) pour faire de 2020 une annus horribilis au Liban. Pourtant le pays du Cèdre survit. Plus que l'illusoire sursaut de ses dirigeants, c'est l'extraordinaire résilience de ses habitants qui l'explique. Elle est une source d'espoir pour la région.