Elle n'est plus seulement la " camarade Ri "... Ri Sol-ju, l'épouse du leader nord-coréen Kim Jong-un, est désormais désignée comme " première dame ", une évolution lexicale qui ne doit rien au hasard. Car Séoul et Pyongyang prépare...

Elle n'est plus seulement la " camarade Ri "... Ri Sol-ju, l'épouse du leader nord-coréen Kim Jong-un, est désormais désignée comme " première dame ", une évolution lexicale qui ne doit rien au hasard. Car Séoul et Pyongyang préparent une rencontre, le 27 avril, entre le président sud-coréen, Moon Jae-in, et Kim Jong-un - le troisième sommet seulement entre les dirigeants des deux pays depuis la fin de la guerre de Corée, en 1953. La promotion de cette ancienne chanteuse d'un orchestre officiel intervient deux mois après un séjour très médiatisé en Corée du Sud de la soeur de Kim Jong-un, lors des Jeux olympiques de Pyeongchang. Le début de dialogue entre les frères ennemis survient après une série de tirs et de démonstrations de force liée au programme nucléaire de Pyongyang, puis l'annonce, le 22 avril, de l'arrêt de ses essais nucléaires. La mise en valeur de certaines femmes de son entourage par Kim Jong-un lui permet de moderniser à peu de frais l'image d'un des pays les plus fermés de la planète. Il prend aussi le contre-pied de son père, Kim Jong-il, qui apparaissait toujours seul en public, gardant le plus grand secret sur sa famille.