Dans la nuit qui s'était refermée comme une trappe, deux mitraillettes voltigeaient à travers le Geyser. C'était l'oeuvre de Daisy, la fillette fantôme du café, qui tenait la violence en horreur, depuis sa propre mort (2). Dans ses mains invisibles, les armes s'exhibaient théâtralement dans la lumière orangée du café. Mais, dans la bacchanale braillarde et joyeuse, en ce soir de spectacle Années folles (3), les mitraillettes voltigeantes ne faisaient pas le poids, face aux perles et aux plumes chatoyantes. Personne n'y prêta attention. Surtout pas les propriétaires desdites pétoires. Re...