Liège est la première destination touristique de Wallonie ! " se targuent les autorités communales. Les hôtels qui poussent aux quatre coins de la ville ne peuvent que leur donner raison... A commencer par le Crowne Plaza, l'unique 5-étoiles de la région, inauguré en grande pompe au Mont-Saint-Martin l'été dernier. A deux pas de là, boulevard de la Sauvenière, les engins de chantier commencent à s'activer sur le site de l'ancien Trianon : les bâtiments qui ont autrefois accueilli la rédaction du journal La Meuse sont en cours de démolition. Et à leur place et sur le terrain voisin, le groupe Accor va constr...

Liège est la première destination touristique de Wallonie ! " se targuent les autorités communales. Les hôtels qui poussent aux quatre coins de la ville ne peuvent que leur donner raison... A commencer par le Crowne Plaza, l'unique 5-étoiles de la région, inauguré en grande pompe au Mont-Saint-Martin l'été dernier. A deux pas de là, boulevard de la Sauvenière, les engins de chantier commencent à s'activer sur le site de l'ancien Trianon : les bâtiments qui ont autrefois accueilli la rédaction du journal La Meuse sont en cours de démolition. Et à leur place et sur le terrain voisin, le groupe Accor va construire un Ibis de 120 chambres, un Etap Hôtel de 80 chambres et une dizaine de logements. Quatre-vingts mètres de façade, qui feront " revivre l'un des derniers chancres urbains et rétabliront une cohérence qui n'existe plus depuis des années sur le boulevard ". Pour le bourgmestre Willy Demeyer (PS), " après tant d'efforts, tout s'enchaîne. C'est très valorisant ! Les nombreux projets d'hôtels et l'ouverture prochaine d'un restaurant par un chef étoilé dans le quartier Natalis sont des signes de la bonne renommée de Liège ". De fait, dans la Cité ardente, cela fait des années que la majorité planche sur sa politique touristique. Et c'est aujourd'hui qu'elle en récolte les fruits : le nombre de visiteurs ne fait que croître. " En 2011, lorsque les Coteaux de la Citadelle ont obtenu une troisième étoile au guide Michelin, nous avons remarqué une augmentation de 25 % du tourisme ", constate Michel Firket (CDH), échevin du Tourisme. A tel point qu'aujourd'hui les hôtels liégeois accumulent 400 000 nuitées par an. Ce qui attire les visiteurs ? Les nouveaux pôles d'intérêt, comme le musée du Grand Curtius ou la gare contemporaine de l'architecte Santiago Calatrava. C'est un fait : ceux qui visitaient la Cité ardente en quelques heures hier optent aujourd'hui pour des city trips de deux ou trois jours. " L'image de la ville s'est améliorée, ce qui attise la curiosité des gens, précise l'échevin Firket. L'objectif des années à venir est de crédibiliser et de stabiliser les séjours de plusieurs jours. Il y a un potentiel intéressant en termes de situation géographique, de patrimoine ou de folklore. Et puis, cela reste une ville financièrement abordable pour les visiteurs. L'industrie hôtelière constate elle-même qu'il y a une bonne dynamique et un fonds de commerce intéressant. Et vu les besoins, elle sait qu'il y a de sérieuses perspectives d'avenir à Liège. En matière de tourisme d'affaires, notamment. "En plus du Crowne Plaza, du Jala Hôtel, un quatre-étoiles qui a ouvert dans le quartier Jonfosse l'an dernier, et des projets du Trianon, d'autres infrastructures hôtelières devraient voir le jour prochainement dans la Cité ardente : l'une de 120 chambres à l'ancienne Grand-Poste, une autre dans le quartier de la gare des Guillemins, ou encore un hôtel d'une vingtaine de chambres place Saint-Etienne. A terme, Liège devrait dépasser les 2 000 lits au centre-ville. De quoi tenir la route lors de l'organisation d'événements d'envergure internationale comme le Tour de France ou Liège 2017. ANNE-CATHERINE DE BAST