Avec Nouvelles morales, nouvelles censures (Gallimard, 166 p.), l'avocat français Emmanuel Pierrat s'attarde sur un thème dont les illustrations quasi quotidiennes démontrent la grande actualité. Son livre fourmille d'ailleurs d'exemples puisés dans différents registres où les censeurs se sont engouffr...

Avec Nouvelles morales, nouvelles censures (Gallimard, 166 p.), l'avocat français Emmanuel Pierrat s'attarde sur un thème dont les illustrations quasi quotidiennes démontrent la grande actualité. Son livre fourmille d'ailleurs d'exemples puisés dans différents registres où les censeurs se sont engouffrés ces dernières années : boycottage d'artistes ou d'auteurs accusés de comportements répréhensibles, opposition à la réédition d'ouvrages sulfureux, remise en cause de la statufication de personnages historiques controversés, contestation de la représentation du sexe dans l'art, revendication de la propriété d'oeuvres... Le spécialiste du droit de la culture et des questions de censures dénonce les errements qui accompagnent parfois ces actions en justice et plus encore le lynchage sur les réseaux sociaux. On confond l'oeuvre et son auteur ou on scrute une production datée avec un regard d'aujourd'hui. Cet essai a pour ambitions, affichées en avant-propos, d'" analyser ce que dénonce cette nouvelle morale en forme de censure " et de " montrer ses limites et ses paradoxes " ; il y parvient. Il entend aussi " dire par qui elle (la censure) est pensée et activée, d'où elle vient, quels intérêts elle sert " ; il y réussit moins bien. Les interrogations d'Emmanuel Pierrat sur notre liberté menacée sont cependant utiles. Et les " voies médianes " qu'il prône, pragmatiques et adaptées au cas par cas, apparaissent pertinentes puisqu'elles se fondent sur la pédagogie, la prise de recul et le discernement.