Contrairement à ce que son titre indique, le nouveau roman de Patrick Deville n'a rien à voir avec une apologie de la cigarette. Taba-Taba fait en effet référence aux propos d'un pensionnaire de l'hôpital psychiatrique où travaillait le père de l'auteur - ...

Contrairement à ce que son titre indique, le nouveau roman de Patrick Deville n'a rien à voir avec une apologie de la cigarette. Taba-Taba fait en effet référence aux propos d'un pensionnaire de l'hôpital psychiatrique où travaillait le père de l'auteur - le lazaret de Mindin, non loin de Saint-Brevin-les-Pins, en Loire-Atlantique. L'homme ressassait cette formule évoquant, semble-t-il, Madagascar. Mais, que l'on connaisse ou pas leur signification, certaines expressions vous replongent dans votre généalogie personnelle. C'est ainsi que, de fil en aiguille, l'auteur de Peste et choléra s'est lancé non seulement dans un portrait du lazaret et une évocation de quelques-uns de ses héros (Alexandre Yersin en tête), mais surtout dans une traversée du xxe siècle, sur les traces de ses aïeux. Du xixe siècle à l'année 2017, Deville explore la France dans tous ses recoins et en livre un récit brut et délicat, soulignant qu'aujourd'hui est le fruit des événements d'hier. Taba-Taba, par Patrick Deville. Seuil/Fiction & cie, 432 p. Retrouvez l'actualité littéraire aussi dans Focus Vif : cette semaine, Ils vont tuer Robert Kennedy, thriller paranoïaque solide de Marc Dugain, en page 42, et Brandebourg, dynamitage en règle du genre du roman du terroir signé Juli Zeh, page 43.B. L.