Une petite étude réalisée à La Haye, aux Pays-Bas, a interrogé 37 parents (24 mamans et 13 papas) de 26 enfants de 0 à 5 ans qui avaient consulté un généraliste ou été hospitalisés. Les chercheurs ont demandé à ces ...

Une petite étude réalisée à La Haye, aux Pays-Bas, a interrogé 37 parents (24 mamans et 13 papas) de 26 enfants de 0 à 5 ans qui avaient consulté un généraliste ou été hospitalisés. Les chercheurs ont demandé à ces parents d'évaluer la gravité de l'état de leur enfant et d'expliquer les facteurs qui influençaient leur appréciation. Il en ressort que ce sont surtout les changements de comportement qui leur mettent la puce à l'oreille: un enfant habituellement très actif qui devient soudain apathique - ou l'inverse - est pour la plupart des parents un signal d'alarme à ne pas négliger. La fièvre semblait moins les inquiéter, pour autant qu'elle ne dépasse pas 40°. Un manque d'appétit, en revanche, était jugé préoccupant. Les investigateurs en concluent que la plupart des parents ont une bonne capacité à évaluer si l'état de leur enfant est ou non inquiétant.