Quelque 15 à 20 personnes sur 100 sont " hautement sensibles " (de l'anglais high sensitive), ou hypersensibles. Elles captent non seulement les subtilités de multiples stimuli mais les intègrent aussi plus profondément et y réagissent avec beaucoup d'émotion. Cette caractéristique présente assurément de beaux côtés mais entraîne aussi de fameux défis. C'est ce qu'expérimente Bieke Geenen, maman hypersensible d'un fils hypersensible : " Vous ressentez comme aucune autre ce dont votre enfant a besoin. Mais pour protéger votre enfant d'un excès de stimuli, vous vous exposez vous-même davantage. Il n'est donc pas étonnant que la coupe déborde de temps en temps plus rapidement. "
...

Quelque 15 à 20 personnes sur 100 sont " hautement sensibles " (de l'anglais high sensitive), ou hypersensibles. Elles captent non seulement les subtilités de multiples stimuli mais les intègrent aussi plus profondément et y réagissent avec beaucoup d'émotion. Cette caractéristique présente assurément de beaux côtés mais entraîne aussi de fameux défis. C'est ce qu'expérimente Bieke Geenen, maman hypersensible d'un fils hypersensible : " Vous ressentez comme aucune autre ce dont votre enfant a besoin. Mais pour protéger votre enfant d'un excès de stimuli, vous vous exposez vous-même davantage. Il n'est donc pas étonnant que la coupe déborde de temps en temps plus rapidement. " " Prenons un exemple ", propose Bieke Geenen, qui puise dans sa propre expérience mais aussi dans les nombreux récits de parents à sensibilité élevée qu'elle a accompagnés en tant que thérapeute/coach. " Peut-être reconnaîtrez-vous cette situation : vous veillez à ce que votre enfant puisse se détendre après l'école, qu'il mange à temps et dispose d'un moment de repos avant son entraînement sportif. Pour ce faire, vous jonglez avec votre travail, la circulation, le ménage. Une fois au centre sportif, vous réconfortez votre enfant qui vit mal les séparations puis, vous vous dépêchez d'aller au supermarché afin d'être à temps pour récupérer votre rejeton... qui n'a pas envie de rentrer. Vous restez patiente malgré les regards désapprobateurs des autres parents. De retour à la maison, vous faites en sorte que votre enfant puisse encore se délasser et prenez le temps d'accomplir les rituels du coucher, en espérant que l'endormissement se déroulera bien cette fois, car le sommeil est très important pour votre enfant ultrasensible. Mais cela ne marche pas. Et vous finissez par exploser en criant, furieuse : 'Et ne t'avise pas de sortir de ton lit ! '. De la colère, vous passez rapidement à la culpabilité et à la honte. Énervée, vous cherchez un havre de paix et vous vous installez dans le canapé avec votre partenaire. La paix, enfin ! Pensez-vous, pense-t-il aussi. Mais vous commencez à ruminer tout au long du film : vous égrenez vos soucis d'hier, de la semaine dernière, ceux qui vont se présenter... l'un après l'autre, sans cohérence. Vous êtes contrariée, de mauvaise humeur ; vous vous énervez sur votre conjoint pour vous décharger. " Cette réaction est fort éloignée d'un comportement socialement adapté ou souhaitable. Votre partenaire ou enfant peut dès lors le vivre difficilement. Et vous aussi peut-être quand vous vous remémorez ce " défoulement ". " Pourtant vous pourriez vous regarder avec davantage de bienveillance si vous compreniez que vos émotions sont tellement intenses du fait de votre hypersensibilité. Vous comprendrez alors qu'en tant que personne ultrasensible, vous n'avez pas toujours le choix de l'intensité de vos émotions. " Les partenaires compréhensifs aimeraient souvent savoir ce qu'ils peuvent dire ou faire dans ces situations. " Je leur conseille de laisser leur partenaire surexcité se défouler. Ses hormones de stress vont baisser d'elles-mêmes. Ils peuvent pratiquer une écoute active : écouter pour comprendre au lieu de réagir. Il est important qu'ils reconnaissent les émotions intenses, sans proposer d'emblée des solutions à d'éventuels problèmes et attendre que le cerveau rationnel de leur partenaire fonctionne à nouveau. " Un compagnon qui vous permet de vous décharger quand vous êtes surexcitée, c'est précieux ! Mais vous pouvez aussi faire quelque chose pour mieux gérer votre explosivité : " Indiquez plus clairement et à temps vos valeurs et où se situent vos limites, pour que vos proches puissent plus facilement en tenir compte. Communiquez vos sentiments négatifs quand vous les sentez surgir. Aidez votre enfant à faire de même. Dites par exemple : 'J'entends à ta voix que tu es fâché, c'est bien cela ? '. C'est très différent de : 'Je vois que tu es fâché', car dans ce cas, c'est vous qui décidez pour votre enfant du sentiment qu'il vit. " Communiquer ce que vous vivez, c'est encore plus important lorsque votre enfant est aussi ultrasensible. Car lui aussi est en mesure de lire en vous : il remarquera immédiatement un froncement de sourcils, dont vous-même n'êtes pas toujours conscient. Même si vous faites tout pour dissimuler votre stress, votre enfant ultrasensible ressentira comme nul autre que quelque chose ne va pas. " Si vous n'en parlez pas, votre enfant risque d'y donner sa propre interprétation, peut-être erronée, poursuit Bieke Geenen. Et à cause de son hypersensibilité, il va endosser votre stress. Ce qui va faire qu'à la fin de la journée, vous allez vous titiller mutuellement pour vous décharger, jusqu'à ce qu'une futilité fasse déborder le vase ! La bonne nouvelle, c'est qu'en raison de cette fragilité partagée, il existe une forte dose de compréhension entre vous. Ce qui fait que vous pouvez vous décharger l'un sur l'autre en sécurité, sans provoquer de dégâts irrémédiables. Vous vous comprenez comme personne lors des moments les plus difficiles. Et c'est un très bel aspect de votre hypersensibilité commune. " Les " explosions " intenses d'une personne hypersensible dissimulent souvent une grande peur : que l'on soit fâché sur elle, de ne plus être aimée ou appréciée par quelqu'un ou de disparaître de sa vie. " Les personnes très sensibles ont un besoin plus grand que la moyenne de se sentir en lien avec d'autres. Pas étonnant donc qu'elles soient complètement déstabilisées lors d'un conflit, d'une séparation ou en présence de critiques, d'incompréhension, d'injustice, de superficialité et de domination. Car dans chacune de ces situations, le lien avec autrui est menacé dans une plus ou moins grande mesure. " Pour se sentir en lien avec autrui, les personnes hypersensibles sont souvent prêtes à faire plaisir à l'infini. Elles s'oublient et tentent désespérément de satisfaire les attentes de tout un chacun, ce qui n'est évidemment pas tenable. " Votre vie n'est votre vie que si vous ne pensez pas tout le temps en fonction de ce que les autres pensent, veulent et souhaitent. En tant que parent ultrasensible, apprendre à prendre soin de vous, cela signifie ne pas vous rendre dépendant de la confirmation d'autrui. Si votre enfant est ultrasensible lui aussi, vous aurez besoin d'autres stratégies éducatives et l'approche habituelle ne sera pas toujours la meilleure. Ce qui fonctionne pour votre famille, fonctionne pour vous. " Cela ne signifie pas que vous devez ignorer les critiques ou l'incompréhension d'autrui. " Ce que vous ne ferez d'ailleurs pas facilement car vous attachez beaucoup d'importance au feedback d'autrui... Pour autant qu'il soit constructif ! Mais il y aura toujours des gens qui disent ou font des choses que vous ne pouvez accepter et qui vous sapent à chaque fois pour des raisons inconnues ou incompréhensibles. Ne vous mettez pas à sur-analyser cela ; focalisez-vous plutôt sur vous-même et sur les gens auprès de qui vous vous sentez bien, sur ce que vous pouvez faire pour gérer la situation et vous sentir mieux. Restez proche de vous-même et suivez votre propre cap. Et en faisant cela, vous l'apprenez aussi à votre enfant. "