La place Royale est bordée d'arbres, en plein c£ur de Spa. D'un coté, le Pavillon des Petits Jeux accueille l'Office du tourisme. De l'autre, l'hôtel Radisson propose un accès au centre thermal via un ascenseur implanté sur la colline. La rue Royale referme le site. Pas d'aménagement, ni plans d'eau. Rien. Le site couvert de graviers semble immuable. Pourtant, en 2007, les Spadois ont approuvé lors d'une consultation populaire l'idée d'y créer un Espace partagé où cohabiteraient voitures et piétons sans aucune signalisation, où la vitesse serait naturellement réduite. En choisissant ce projet dessiné par l'association Acrotere-Via-Bonj...

La place Royale est bordée d'arbres, en plein c£ur de Spa. D'un coté, le Pavillon des Petits Jeux accueille l'Office du tourisme. De l'autre, l'hôtel Radisson propose un accès au centre thermal via un ascenseur implanté sur la colline. La rue Royale referme le site. Pas d'aménagement, ni plans d'eau. Rien. Le site couvert de graviers semble immuable. Pourtant, en 2007, les Spadois ont approuvé lors d'une consultation populaire l'idée d'y créer un Espace partagé où cohabiteraient voitures et piétons sans aucune signalisation, où la vitesse serait naturellement réduite. En choisissant ce projet dessiné par l'association Acrotere-Via-Bonjean, la population a rejeté massivement son alternative : un contournement qui dévierait le charroi mais défigurerait la ville. Cinq ans plus tard, le projet est toujours au point mort. " L'Espace partagé n'existe pas vraiment dans le Code de la route, justifie Luc Peeters, échevin de la Mobilité (CDH). En Belgique, il n'en existe qu'un, à Namur, et il ne semble pas très bien fonctionner... " Le dossier connaîtrait d'autres embuches : " La place est communale, mais la route qui la borde est régionale. Il nous faut un accord de la Région pour réaménager l'ensemble, nous ne l'obtenons pas. " L'échevin évoque encore le flux des camions qui transitent par le centre : 100 à 300 par jour. " Est-ce vraiment compatible avec un Espace partagé ? " s'interroge-t-il. Bref, la majorité MR-CDH assure n'avoir ni les moyens techniques, ni le budget pour concrétiser le projet. Mais elle dit tenter de s'en approcher en rendant la ville plus piétonne. A commencer par la rue Dagly, " le plus petit piétonnier de Belgique " selon le PS. Des travaux similaires commenceront prochainement rue Delhasse, tandis que la circulation devrait être limitée sur la place du Monument. " Nous voulons y diminuer l'impact de la circulation, précise Paul Mathy (MR), échevin des Travaux. Et nous allons aménager des parkings souterrains sous le parc des Sept heures et aux anciens thermes. " Rien de concret, en tout cas, avant la prochaine législature. Du côté du PS, l'analyse est tout autre. " L'Espace partagé n'est pas le projet que la majorité souhaitait, explique Frank Gazzard (PS). Elle ne fait rien pour le faire aboutir. Mais pour ne pas se mettre en porte à faux par rapport à la population, elle dit de chaque nouvel aménagement qu'il est fait dans l'esprit de l'Espace partagé. Or les auteurs du projet eux-mêmes trouvent que tout est fait en contradiction avec leur concept. " Claude Brouet (Ecolo) abonde dans le même sens : " La majorité évoque la législation belge, la Région wallonne, puis un problème de budget pour justifier sa lenteur. Rendre la place du Monument plus piétonne fera passer un message à la population mais ne répondra pas à ses attentes. "L'échevin Peeters se dit pourtant résolu : " L'Espace partagé n'est pas une solution parfaite, il est difficile à mettre en £uvre car il nécessite une autre conception de la mobilité. Mais c'est sans doute le bon compromis. "Pour la fin de la législature, l'échevin souhaite qu'aboutisse le plan de mobilité, lancé il y a douze ans. " Nous n'arrivons pas à nous mettre d'accord ", confie-t-il. ANNE-CATHERINE DE BAST