Le boom du tourisme pose de sérieux défis à l'Islande. Les infrastructures routières ne suivent pas, les hôtels sont saturés, l'explosion d'Airbnb fait grimper le prix des logements dans la capitale, au détriment des citadins qui peinent parfois...

Le boom du tourisme pose de sérieux défis à l'Islande. Les infrastructures routières ne suivent pas, les hôtels sont saturés, l'explosion d'Airbnb fait grimper le prix des logements dans la capitale, au détriment des citadins qui peinent parfois à se trouver un toit. Les jeunes qui ne peuvent se loger quittent le pays, le fossé entre les générations se creuse. Face à cette concentration, les autorités peinent à assurer la mise en place des structures d'accueil nécessaires. Toilettes, parkings, panneaux de signalisation sont en nombre insuffisant par rapport à l'afflux touristique. Les sites naturels, fragiles, subissent aujourd'hui les assauts des autocars et des voitures de location. Le gouvernement islandais réfléchit à des moyens permettant de réguler les flux touristiques sur tout le territoire : limitation du nombre de visiteurs admis sur l'île à l'année, répartition des masses, aménagement des sites les plus vulnérables... Tout en continuant à bénéficier des recettes du tourisme. Car le modèle économique de l'Islande est fragile. Parmi les économistes, beaucoup redoutent que le tourisme s'essouffle, voire retombe d'ici à quelques années, avant que l'île n'en ait profité pour diversifier ses activités.