Avec l'arrivée des Allemands, la vie économique s'arrête pratiquement. Durant l'été 1940, un quart de la population active est sans travail. L'occupant entend y remédier le plus rapidement possible. Les Belges sans emploi seront bien utiles dans les usines allemandes. Même les femmes sont incitées à partir en Allemagne pour y travailler comme ouvrières, aides ménagères, soignantes ou couturières. Car si les nazis préfèrent voir les femmes au foyer avec une ribambelle de petits aryens accrochés à leurs jupes, la machine de guerre doit tourner, et les femmes doivent donc sortir temporairement de leur cadre pour prêter main-forte.
...