Très attendu à la tribune de l'Assemblée générale annuelle des Nations unies, une institution qu'il exècre, le président américain Donald Trump a été à la hauteur de sa réputation de bateleur de meeting électoral avec son concert habituel de slogans tranchants mais sans réelle vision stratégique. Il a ainsi défini son " axe du mal " sur le...

Très attendu à la tribune de l'Assemblée générale annuelle des Nations unies, une institution qu'il exècre, le président américain Donald Trump a été à la hauteur de sa réputation de bateleur de meeting électoral avec son concert habituel de slogans tranchants mais sans réelle vision stratégique. Il a ainsi défini son " axe du mal " sur le modèle de ce qu'avait asséné George W. Bush en janvier 2002 dans son premier discours sur l'état de l'Union après les attentats du 11-Septembre. A l'époque, fort de l'analyse de ses conseillers néoconservateurs, le président des Etats-Unis avait ciblé la Corée du Nord, l'Iran et l'Irak. Mardi, son héritier a pointé les deux premiers et y a ajouté le Venezuela. La diatribe la plus véhémente a porté sur le " régime vicieux " de Pyongyang que " nous n'aurons d'autre choix que de détruire complètement " s'il ne fléchit pas. Comme son homologue Kim Jong-un a toujours répliqué par des provocations aux avertissements de Washington, il faut s'attendre à un nouveau tir de missile ou essai nucléaire, en espérant que la tension ne dégénère pas en conflit ouvert. A propos de l'Iran, Donald Trump a parlé d'un " régime meurtrier " et qualifié l'accord international sur l'endiguement de son programme nucléaire, approuvé par son prédécesseur, de " honte ". Enfin, il a fustigé la " dictature socialiste " du Venezuela et dénoncé la répression du gouvernement de Nicolás Maduro contre ses opposants. A l'entame de son discours, Donald Trump s'était empressé de vanter les résultats de son action sur le plan économique - que certains attribuent plus à la conjoncture mondiale qu'à ses mesures. Il a bien fait car, sur le plan diplomatique, on peine à en voir. G. P.