Décédé à l'âge de 80 ans, l'ancien secrétaire général de l'ONU Kofi Annan (1997-2007, photo) a été encensé pour son action en faveur de la paix, pour laquelle il a remporté le prix Nobel en 2001, mais il a aussi été au coeur de l'abstention coupable des Nations unies dan...

Décédé à l'âge de 80 ans, l'ancien secrétaire général de l'ONU Kofi Annan (1997-2007, photo) a été encensé pour son action en faveur de la paix, pour laquelle il a remporté le prix Nobel en 2001, mais il a aussi été au coeur de l'abstention coupable des Nations unies dans les tragédies du Rwanda et de Bosnie en 1994 et 1995. A l'époque, le Ghanéen dirigeait le département des opérations de maintien de la paix et les casques bleus (belges, notamment) avaient failli à leur mission de protection. L'homme était ainsi devenu le bouc émissaire de l'inaction du Conseil de sécurité qui, dans le cas du Rwanda, avait refusé de transformer le mandat dans un sens plus offensif. Ce n'est qu'en 1999 que Kofi Annan regrettera de n'avoir " pas fait davantage " pour prévenir ces massacres. Dans son autobiographie, il écrira que ces échecs l'ont poussé à " faire comprendre la légitimité et la nécessité d'intervenir en cas de violation flagrante des droits de l'homme ". Il avait toutefois qualifiée d'illégale l'intervention américaine en Irak en 2003. Au Kenya en 2008, ce " sage " avait réussi à obtenir un accord de partage du pouvoir qui a ramené progressivement le calme dans le pays. A contrario, il devra déchanter en 2012 sur le dossier syrien. Sa médiation se transformera en " mission impossible " à cause des dissensions entre grandes puissances.