L'agressivité de la Chine communiste à l'égard de l'Occident est à la mesure de l'accroissement constant de sa puissance militaire. Son désir incoercible d'expansion économique et territoriale n'est pas loin de rappeler la volonté d'exte...

L'agressivité de la Chine communiste à l'égard de l'Occident est à la mesure de l'accroissement constant de sa puissance militaire. Son désir incoercible d'expansion économique et territoriale n'est pas loin de rappeler la volonté d'extension du Lebensraum de l'Allemagne nazie (NDLR: concept géopolitique d'espace vital justifiant les politiques d'agressions militaires, de déplacement et d'anéantissement de populations). Ce qui est en jeu aujourd'hui est la région Indo-Pacifique par laquelle se sentent légitimement concernés les Etats-Unis et l'Australie et qui suscite la méfiance de l'Asie du Sud-Est, face aux ambitions chinoises. L'affaire de la rupture du contrat commercial par l'Australie relative à la vente de sous-marins français (Le Vif du 23 septembre) qui, certes, représente une perte pour l'économie de quelques dizaines de milliards, occulte-t-elle le souci que la France devrait se faire pour ses nombreux territoires d'outre-mer? Plutôt que de se préoccuper d'intérêts commerciaux et de s'adonner à la rupture des relations diplomatiques, la France, et l'Europe d'ailleurs, ne devraient-elles pas jouer le jeu stratégique de leurs alliés américains et australiens?