Satisfecit du ministre de l'Intérieur Jan Jambon (photo) dans une interview au Monde. La Belgique " a renoué avec ce que j'appelle une culture de la sécurité, que même les vagues d'attentats antérieu...

Satisfecit du ministre de l'Intérieur Jan Jambon (photo) dans une interview au Monde. La Belgique " a renoué avec ce que j'appelle une culture de la sécurité, que même les vagues d'attentats antérieures n'avaient pas ranimée ", déclare-t-il fièrement. " Aujourd'hui, des gens m'écrivent pour réclamer plus de contrôles dans les aéroports ou les trains Thalys... ". Est-ce bien suivi d'effets ? Pour le ministre N-VA questionné sur l'impact de la complexité du système institutionnel belge dans la lutte antiterroriste, " ce n'est pas le fédéralisme qui engendre le terrorisme ". Mais, reconnaît-il, " la " lasagne " belge, empilement de niveaux de responsabilités, fait quand même perdre beaucoup de moyens qu'on pourrait employer utilement ailleurs ". Le constat n'est-il pas identique au niveau européen ? Jan Jambon se félicite des progrès de la coopération antiterroriste européenne mais juge tout de même " une nette différence d'approche selon qu'un pays a, ou non, connu des attentats ".