Par moments, j'ai la rage totale. Alors, je bois. " Olga a vécu le côté le plus sordide de la prostitution. A 19 ans, plaquée par un mari violent, cette jeune Moldave se retrouve seule, avec un bébé sur les bras. Dans le magazine Makler, très connu en Moldavie, elle répond à une des nombreuses annonces proposant des jobs de serveuse ou de danseuse à l'étranger. " Je me suis doutée qu'il s'agissait de quelque chose de louche, mais je bouffais des pommes de terre depuis des mois et là on me promettait un salaire d...

Par moments, j'ai la rage totale. Alors, je bois. " Olga a vécu le côté le plus sordide de la prostitution. A 19 ans, plaquée par un mari violent, cette jeune Moldave se retrouve seule, avec un bébé sur les bras. Dans le magazine Makler, très connu en Moldavie, elle répond à une des nombreuses annonces proposant des jobs de serveuse ou de danseuse à l'étranger. " Je me suis doutée qu'il s'agissait de quelque chose de louche, mais je bouffais des pommes de terre depuis des mois et là on me promettait un salaire de 1 000 dollars. " Envoyée dans un hôtel à Antalia, en Turquie, elle est poussée à se prostituer. " Mon premier client, un Turc de 40 ans, ne parlait pas ma langue. J'ai regardé le plafond en me donnant du courage. Je ne voulais pas le voir. "Très vite, elle tombe sous la coupe d'un réseau albanais et est déplacée. " Je me souviens d'une maison dans la campagne, en Albanie. Nous étions douze filles. Il fallait qu'on se déshabille et qu'on montre nos seins et nos fesses à des acheteurs qui défilaient. Ils vérifiaient qu'on n'ait pas de cicatrices ni de tatouages particuliers. " Revendue à plusieurs reprises, elle est violée par ses différents " propriétaires ". " A la fin, je préférais ouvrir les jambes, c'était moins brutal. " Elle a subi trois avortements. Son dernier maquereau la fait passer en Italie, via la ville balnéaire de Vlora. " C'était la nuit. Nous étions une quarantaine dans une barque à moteur, avec, pour seul bagage, des vêtements secs dans un sac en plastique. Nous avons essuyé les tirs des carabinieri. " Débarquée clandestinement à Bari, elle est aussitôt mise sur le trottoir. Planqué à l'hôtel, son proxénète albanais l'appelle sans cesse sur son GSM, pour la contrôler. Quelques mois plus tard, il est arrêté. " Il exploitait une autre fille, mineure. "Avec 700 dollars en poche, Olga en profite pour rejoindre la Belgique, où une cousine lui a dit qu'on pouvait se prostituer sans " mac ". Depuis sept ans, elle promène ses longues jambes place de l'Yser, dans le centre de Bruxelles, où elle racole les clients. Pour être tranquille, elle fait croire qu'elle est toujours maquée. Depuis qu'elle a quitté la Moldavie, elle n'a pas revu son fils, élevé par sa mère. " Je continue à me prostituer pour l'argent et la liberté. Je n'ai pas beaucoup le choix, j'ai interrompu mes études à 16 ans, faute de moyens. " Arrêtée à plusieurs reprises par la police, elle a déjà reçu un ordre de quitter le territoire. Elle risque à tout moment de se faire expulser. Son ancien maquereau, sorti de prison, pourra alors facilement la retrouver.