Je réponds ici à M. l'abbé de Beukelaer (Le Vif/L'Express du 6 septembre, page 13). Bien sûr qu'il serait utile de supprimer la Marseillaise de nos commémorations locales ou nationales. Bien sûr que la référence à la Bible faite par M. Sven Gatz (NDLR: min...

Je réponds ici à M. l'abbé de Beukelaer (Le Vif/L'Express du 6 septembre, page 13). Bien sûr qu'il serait utile de supprimer la Marseillaise de nos commémorations locales ou nationales. Bien sûr que la référence à la Bible faite par M. Sven Gatz (NDLR: ministre flamand de la Culture) n'a aucun rapport avec le sujet ici traité. Parlons plutôt de la Marseillaise. Venue d'Alsace, en guerre contre ses voisins germaniques, elle a été reprise avec beaucoup de légèreté par les Marseillais en rébellion contre le pouvoir central du roi de France. Elle est d'inspiration tout à fait belliqueuse. Les autres pays européens n'ont pas adopté ce type de chant guerrier comme hymne national. Voyez les Anglais : " God save the Queen ", ou les Belges : " Ô Belgique, ô mère chérie... ". Voyez aussi l'hymne européen, etc. En France, cet hymne n'a plus de raison de subsister tel quel. Il y est devenu incongru tant les menaces françaises ont été fréquentes envers l'étranger depuis l'Antiquité et, chez nous, jusqu'à 1830 (que ceux qui en doutent se réfèrent à mon livre sur la langue des Belges, aux éditions L'Harmattan). La Flandre est parvenue à échapper à cette tentative d'assimilation.