Le calme de la campagne a remplacé l'agitation de la ville. Et c'est peu de le dire : entre la vie animée d'Anvers et la quiétude de ce petit village des Ardennes, il y a un fossé que ce couple n'a pas hésité à franchir. Aujourd'hui, trois ans plus tard, c'est sans regret. " Nous étions en manque de nature et de tranquillité, confient-ils. Nous vivions près du port d'Anvers ; il y avait du bruit, même la nuit. Pendant quinze ans, nous sommes venus nous promener dans la région un week-...

Le calme de la campagne a remplacé l'agitation de la ville. Et c'est peu de le dire : entre la vie animée d'Anvers et la quiétude de ce petit village des Ardennes, il y a un fossé que ce couple n'a pas hésité à franchir. Aujourd'hui, trois ans plus tard, c'est sans regret. " Nous étions en manque de nature et de tranquillité, confient-ils. Nous vivions près du port d'Anvers ; il y avait du bruit, même la nuit. Pendant quinze ans, nous sommes venus nous promener dans la région un week-end sur deux. Nous avons commencé à nous poser des questions, à nous demander si nous voulions rester en ville... " Ils ont alors sillonné la région, et déniché ce grand terrain ouvert sur les champs et la nature. Ils ont alors cherché un architecte local avec un désir en tête : " Une maison qui dialogue avec l'environnement ". Une maison ouverte vers l'arrière, vers le sud, pour aller chercher la lumière et les vues. Au niveau du programme : des espaces de vie ouverts, un bureau, deux chambres et une salle d'eau. L'intérieur propose un plan très moderne, avec des matériaux tels que du béton lissé au sol, un escalier et des voiles en béton brut de décoffrage. Le tout permettant de mettre en valeur une pièce maîtresse, choisie bien avant la conception du projet : un poêle suspendu à la charpente, sept mètres plus haut, qui permet de chauffer toute la maison. " On met parfois du chauffage électrique en appoint, quand il fait très froid, précisent les occupants. Mais en général, le poêle suffit. La maison étant ouverte, la chaleur monte. " Pour répondre à leurs souhaits, l'architecte Christophe Stembert a imaginé un volume simple, implanté en oblique par rapport à la rue pour suivre les courbes du terrain, légèrement pentu. La maison est couverte d'une toiture à un pan qui suit l'inclinaison du site. Caractéristique : le rez-de-chaussée est couvert d'un bardage de sapin non traité, posé horizontalement, tandis que l'étage présente un habillage d'ardoises en fibres-ciment. " On a généralement tendance à faire l'inverse, précise Christophe Stembert : poser le volume léger sur le volume lourd. Ici, on a voulu jouer sur l'effet massif en hauteur. " Réalisation : Christophe Stembert (POM scrl) - www.pom-archi.com Ce mois-ci dans Je vais Construire ? Murs humides : causes et remèdes ? Aménagement intérieur : anticipez les changements ! ? Les dernières tendances dans la salle de bains www.jevaisconstruire.be ANNE-CATHERINE DE BAST