Un échevin socialiste a osé avoir un coup de sang sur Facebook après s'être fait dépouiller sur son lieu de vacances ( NDLR : le 28 décembre dernier, Benoît Hons, échevin à Neupré, avait notamment traité les gens du voyage de " parasites ") . Immédiatement, certains mé...

Un échevin socialiste a osé avoir un coup de sang sur Facebook après s'être fait dépouiller sur son lieu de vacances ( NDLR : le 28 décembre dernier, Benoît Hons, échevin à Neupré, avait notamment traité les gens du voyage de " parasites ") . Immédiatement, certains médias ont accolé un grand " PS " à côté de son nom pour dénoncer son coup de gueule scandaleux. Comme si c'était en tant que socialiste qu'il s'était mis en colère ! Question : quand on donne aux gens les moyens de s'exprimer dans cette immédiateté, donc dans l'émotion, a-t-on vraiment le droit de s'étonner ensuite d'une expression qui dérape précisément sous le coup de l'immédiateté et de l'émotion ? Question : depuis quand un échevin devient-il à lui tout seul le porte-parole d'un parti, avec pour conséquence qu'un coup de gueule de sa part retombe sur son parti comme si cela devait l'entacher ? [...] Question : si le coup de gueule d'une victime de vol suffit à entacher un parti, au nom de quoi les horreurs parfois fascisantes que l'on peut lire parmi les réactions de lecteurs sur les sites de certains médias ne suffiraient-elles pas à entacher l'image de ces médias ?