La députée bruxelloise Dominique Dufourny (MR) a profité de la séance au cours de laquelle le parlement a adopté la reconnaissance du statut spécifique de l'animal (comme être sensible) pour déno...

La députée bruxelloise Dominique Dufourny (MR) a profité de la séance au cours de laquelle le parlement a adopté la reconnaissance du statut spécifique de l'animal (comme être sensible) pour dénoncer les conditions de cuisson infligées aux dizaines de milliers de homards frais, plongés vivants dans l'eau bouillante, entre Noël et Nouvel An. Une pratique désormais interdite en Suisse, où l'on assomme, étourdit ou brise la tête de ces crustacés avant leur mise en casserole. En vain, la députée a tenté de sensibiliser la secrétaire d'Etat Bianca Debaets (CD&V, photo), en charge du bien-être animal, au calvaire des homards, en prônant l'utilisation par les restaurateurs bruxellois du " crustastun " qui électrocute l'animal " en un éclair ". " J'ai consulté avec beaucoup d'intérêt les méthodes de substitution utilisées dans d'autres pays, qui pourraient nous inspirer. Je ne prévois, cette année, aucune campagne sur la sensibilité des crustacés ", a-t-elle déclaré.