On le dit rusé. Il passe pour être sacrément manipulateur, diablement malicieux. Il n'a pas son pareil pour tromper son monde afin de parvenir à ses fins et se faire aimer du plus grand nombre. Ex-professeur de français dans le secondaire à Schaerbeek reconverti en auteur de roma...

On le dit rusé. Il passe pour être sacrément manipulateur, diablement malicieux. Il n'a pas son pareil pour tromper son monde afin de parvenir à ses fins et se faire aimer du plus grand nombre. Ex-professeur de français dans le secondaire à Schaerbeek reconverti en auteur de romans pour la jeunesse, Frank Andriat n'a pas trouvé animal mieux adapté que le chat pour réincarner, dans Belgiques, les politichats (Ker éditions, 115 p.), les plus célèbres spécimens qui peuplent notre jardin politique. Qu'ils soient de gouttière ou errants, qu'il soit matou des quartiers chics, tous ces félidés passent le plus clair de leur temps à se jouer des tours pendables. L'occasion de passer un bon moment en compagnie de Prince, débarqué d'Uccle pour se faire élire Kingcat Univers, de Chtaline le roi du PTB, de Doudou le chat montois, de César le matou anversois, de Ice et Patton les frères ennemis de Bastogne ou de Schildje, le petit chat flamand qui n'est pas près d'oublier ses vacances forcées en Wallonie. Neuf historiettes viennent ainsi illustrer tout en humour et finesse les petits travers de celles et ceux qui nous gouvernent, prisonniers d'un biotope où la duplicité, l'avidité et l'égoïsme deviennent trop souvent une seconde nature. Il y a forcément une morale à toutes ces histoires, dans le droit fil des fables de La Fontaine : entre les lignes perce un plaidoyer pour le miauler ensemble.