Se taper dessus en armure médiévale ? C'est possible. Le béhourd est un sport de combat avec ses adeptes et ses tournois. A la différence des reconstitutions grandeur nature, dont on connaît l'issue du combat, le béhourd n'est pas théâtralisé. Mais il oscille entre sport et spectacle, une épreuve pouvant op...

Se taper dessus en armure médiévale ? C'est possible. Le béhourd est un sport de combat avec ses adeptes et ses tournois. A la différence des reconstitutions grandeur nature, dont on connaît l'issue du combat, le béhourd n'est pas théâtralisé. Mais il oscille entre sport et spectacle, une épreuve pouvant opposer jusqu'à plusieurs centaines de combattants en même temps. Le principe est simple : il faut terrasser les adversaires à grands coups d'épée, de hache ou de gourdin. Aussi chaotiques soient-ils, ces combats observent deux règles : l'historicité et la sécurité. Les armes et les armures des participants doivent être issues de la même région et de la même époque, comprise entre 1200 et 1699. Afin d'éviter les blessures, chaque lame et chaque pointe doivent être émoussées. Pour le reste, tous les coups sont permis. Né en Europe de l'Est dans les années 1990, le béhourd, qui vient du mot " heurter " en vieux français, a débarqué en Belgique dans les années 2010, mais il reste encore embryonnaire avec deux clubs wallons et pas encore de fédération. Les polémiques au sujet de ce jeune sport sont légion. Sur le corps des Russes et des Ukrainiens, les tatouages néonazis ne sont pas rares.Ici, lors des championnats du monde à Barcelone, trente-trois nations se sont affrontées pendant trois jours dans différentes épreuves féminines et masculines, en combat singulier ou en groupe. La Russie et l'Ukraine sont sorties grands vainqueurs. La Battle of the Nations 2019 aura lieu du 2 au 5 mai prochain à Smederevo, en Serbie.