Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. " Comme Les Animaux malades de la peste, de La Fontaine, les consommateurs européens subissent à des degrés divers la dégradation de la conjoncture économique. Depuis le quatrième trimestre 2008, la récession s'est installée en Europe. D'après les prévisions les plus récentes, elle devrait perdurer jusqu'au troisième trimestre 2009. Le Bureau fédéral du Plan anticipe une croissance négative de 1,7 % en Belgique, en 2009. Un petit peu mieux que la moyenne européenne : le produit intérieur brut de la zone euro devrait reculer de 1,9 % cette année.
...

Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. " Comme Les Animaux malades de la peste, de La Fontaine, les consommateurs européens subissent à des degrés divers la dégradation de la conjoncture économique. Depuis le quatrième trimestre 2008, la récession s'est installée en Europe. D'après les prévisions les plus récentes, elle devrait perdurer jusqu'au troisième trimestre 2009. Le Bureau fédéral du Plan anticipe une croissance négative de 1,7 % en Belgique, en 2009. Un petit peu mieux que la moyenne européenne : le produit intérieur brut de la zone euro devrait reculer de 1,9 % cette année. Les consommateurs européens, logiquement, réduisent leurs dépenses. Et là aussi, on remarque une meilleure résistance de la Belgique. Une étude détaillée sur la consommation dans une douzaine de pays européens (publiée chaque année, depuis 1989, par l'Observatoire Cetelem) montre que les ménages belges affichent une confiance plus élevée que leurs voisins. La Belgique obtient une note de 5,2 sur 10 de la part de ses consommateurs, contre une moyenne de 4,4 pour les autres pays européens sondés. Faut-il y voir l'effet des indexations qui ont eu lieu dans notre pays l'an dernier ? Pour rappel, la forte inflation des derniers mois avait provoqué un dépassement de l'indice-pivot en décembre 2007, et aussi en avril et août 2008. Dans la foulée, les salaires ont été augmentés automatiquement. La Belgique est, avec le Luxembourg, le seul pays à prévoir un tel régime d'indexation. En tout cas, l'Observatoire Cetelem 2009 constate que les Belges pointent à la première place dans les intentions d'achat. " L' attention est particulièrement portée sur les travaux d'aménagement et de rénovation, en hausse de six points ", souligne le rapport à propos de nos concitoyens. L'intérieur du foyer tenait le haut du pavé en 2007, il recule en 2008 (les ventes d'équipement de télévision, hi-fi, vidéo et meubles sont en baisse de 3 à 7 points), tandis que les consommateurs s' attaquent au gros £uvre. Selon l'étude, les Belges devraient aussi un peu moins voyager et réduire leurs divertissements cette année. Le poste " loisirs-voyages " a perdu trois points par rapport à 2008. Les dépenses en équipements de sports sont également revues à la baisse, reculant de 36 à 32 points, ce qui laisse tout de même notre pays largement en tête dans ce créneau. La République tchèque et la France sont deuxième et troisième avec respectivement 26 et 22 points. Les comportements des Belges se distinguent aussi de ceux des autres Européens. Le rapport Cetelem montre qu'ils se dirigent moins vers les " hard discounters " pour faire leurs courses. Ils privilégient bien les tarifs low cost pour leurs voyages et loisirs, mais continuent à préférer la qualité et le service quand il s'agit de dépenses importantes. Nos compatriotes sont aussi plus frileux que les autres pour les achats sur Internet, pourtant considérés par deux tiers des Européens comme un moyen d' accroître leur capacité de consommation. Moins de la moitié des Belges y croient. " Internet serait-il devenu si banal en Belgique que les consommateurs seraient obligés d'envisager de nouvelles solutions pour ménager leur portefeuille ? " s'interroge l'Observatoire. " Ou bien Internet aurait-il déçu en termes de compétitivité-prix ? " Philippe Galloy