Engoncée entre Schaerbeek, Woluwe-Saint-Lambert, les voies de chemin de fer et les zonings implantés aux limites nord-est de la Région bruxelloise, la commune d'Evere, pas bien grande, passe presque inaperçue. Elle a d'ailleurs longtemps été oubliée, souligne le géomètre expert Marc Dekeuleneer. Avant de se réveiller, stimulée par le développement d'activités économiques diverses sur son territoire et, dans une moindre mesure toutefois, l'attraction grandissante exercée par le siège de l'Otan, installé dès 1967 dans l'entité vo...

Engoncée entre Schaerbeek, Woluwe-Saint-Lambert, les voies de chemin de fer et les zonings implantés aux limites nord-est de la Région bruxelloise, la commune d'Evere, pas bien grande, passe presque inaperçue. Elle a d'ailleurs longtemps été oubliée, souligne le géomètre expert Marc Dekeuleneer. Avant de se réveiller, stimulée par le développement d'activités économiques diverses sur son territoire et, dans une moindre mesure toutefois, l'attraction grandissante exercée par le siège de l'Otan, installé dès 1967 dans l'entité voisine de Haren, sur Bruxelles-Ville. " C'est assez rare de rencontrer une zone économique de cette ampleur au sein de la capitale : la norme veut qu'elle soit rejetée extra-muros, pointe Marc Dekeuleneer. Anderlecht en compte une également, mais cela n'y a pas tiré les prix de l'immobilier résidentiel vers le haut. A Evere, la pression foncière est, au contraire, bien réelle : les biens y ont gagné... 125 % en une vingtaine d'années ! " Outre le secteur tertiaire, la commune est très homogène et essentiellement à vocation résidentielle, note le géomètre. Au nord de celle-ci, entre la gare de Schaerbeek-Formation et la chaussée de Haecht, le bâti est ancien, datant du début du siècle et de l'entre-deux-guerres. La fine bande comprise entre la chaussée de Haecht et l'avenue Léopold III, elle, se modernise, constituée d'unifamiliales et de petits immeubles à appartements généralement construits entre les années 1930 et 1960. Mais c'est le sud de la commune qui présente le parc immobilier le plus récent. Un lotissement en particulier est à épingler, dont le plan est spécialement étudié. " Délimité par la rue du Kent et les avenues de l'Andalousie et du Frioul, il est très attrayant et pour moitié piéton ", décrit Marc Dekeuleneer. De quoi plaire à un public de candidats acquéreurs plutôt " bobo ", quoique le prix de la brique y soit élevé. Une conséquence directe, d'après le géomètre, de la taille des maisons qui le composent, un peu plus grande que nécessaire. " Cela constitue un handicap pour les jeunes ménages ou ceux à faibles revenus ", déplore-t-il. Autour du lotissement, les rues, plus larges, sont peuplées d'immeubles à appartements construits, eux aussi, dans les années 1990 et 2000. Enfin, le quartier rayonnant autour de la chaussée de Louvain bénéficie de la proximité de Woluwe-Saint-Lambert. Mais aussi de celle du siège de la RTBF et de la VRT, à Reyers. Lequel est appelé à être totalement réaménagé en un quartier mixte baptisé Mediapark, composé notamment de 2 000 à 3 000 logements. Une profonde mutation dont les retombées ne manqueront pas de profiter à Evere.UN DOSSIER DE FRÉDÉRIQUE MASQUELIER