Rien ne sera plus comme avant. Projet sincère ou hypocrite ? La pandémie vient de révéler la grande misère des maisons de repos et de soins. Allons-nous demain leur rendre leur humanité ? Nous nous réveillons assujettis à la Chine. Allons-nous en tirer une leçon et récupérer notre indépendance ? Les...

Rien ne sera plus comme avant. Projet sincère ou hypocrite ? La pandémie vient de révéler la grande misère des maisons de repos et de soins. Allons-nous demain leur rendre leur humanité ? Nous nous réveillons assujettis à la Chine. Allons-nous en tirer une leçon et récupérer notre indépendance ? Les hôpitaux viennent de vivre une disette calamiteuse et mortifère. Allons-nous revoir structurellement leur financement ? L'Europe, impuissante en sa structure comme en ses moyens, voudra-t-elle se construire enfin autour d'un projet humain et social ? Les rapports employeurs-employés, dont l'esprit de collaboration en la circonstance est à souligner, peuvent-ils laisser la place à un nouveau pacte social qui profiterait à une société volontaire et apaisée ? La recherche, l'un des fondements de notre prospérité, semble conclure une sainte alliance contre le virus. Demain, doit- elle se replonger dans l'hermétisme et le commercial ? L'administration, dont la complexité et la lenteur bien connues ont montré le poids de son inertie, peut-elle être rationalisée, allégée et dépolitisée ? Les politiques, dont le cessez-le-feu vertueux est déjà en train d'être violé, peuvent-ils découvrir et admettre que leur rôle est de servir la cité et non de s'enrichir ? A juste titre, nous glorifions toutes ces petites mains, ces petits métiers qui discrètement, modestement, contribuent à repousser l'épidémie. Ne devrions-nous pas, demain, leur rendre le prix de leur dévouement ? Ce n'est pas gagné !