Ayant été mis en cause dans votre édition du 13 avril dernier sous le titre " Saint-Josse supprime Noël ", je vous prie de publier le droit de réponse suivant. Je ne souhaitais pas, dans un premier temps, répondre à cet article mais la manière dont il a été instrumentalisé m'oblige à réagir. Je regrette que votre journaliste n'ait délibérément choisi qu'un extrait, qu'une phrase, d'un texte global constituant ma tribune politique publiée dans le journal ...

Ayant été mis en cause dans votre édition du 13 avril dernier sous le titre " Saint-Josse supprime Noël ", je vous prie de publier le droit de réponse suivant. Je ne souhaitais pas, dans un premier temps, répondre à cet article mais la manière dont il a été instrumentalisé m'oblige à réagir. Je regrette que votre journaliste n'ait délibérément choisi qu'un extrait, qu'une phrase, d'un texte global constituant ma tribune politique publiée dans le journal communal. Cette façon d'agir lui a permis ensuite d'en déduire un certain nombre d'éléments. Votre journaliste en déduit que je suis d'origine marocaine avec un évident sous-entendu d'amalgame musulman. Cet élément-là, qui paraît anodin, donne, du coup, de la crédibilité au reste de l'article. Il n'en aurait pas été de même si on avait écrit Eric Jassin, Belge ou chrétien. S'agissant d'un texte sur les dérogations aux jours de fermeture des commerçants, je précise qu'il s'agit d'un acte purement administratif rédigé chaque année et qui fait l'objet d'une décision du Collège. Quel est l'intérêt de parler de notions religieuses dans un acte administratif ? Personnellement je trouverais cela rétrograde ! Il s'agit de périodes durant lesquelles les commerçants peuvent rester ouvert le dimanche. Le concert de gospel que le département des Classes moyennes organise chaque année n'est pas un " concert de Noël " comme l'indique votre journaliste. Il se déroule début décembre pour fêter les illuminations d'hiver, Saint-Josse étant la première commune bruxelloise à être dotée d'illuminations par leds. A cette occasion, dans mon discours, je ne manque jamais de rappeler l'histoire de Saint-Josse et de ses origines bretonnes. Ce que je regrette, c'est que le journaliste, informé par ailleurs hors texte de ma tribune politique, n'ait pas cru bon de recouper ses sources ni même n'ait pas essayé de me contacter. Sur le fond, croyez-vous vraiment qu'un acte purement administratif à l'attention des commerçants doit faire référence à des fêtes religieuses ? [...] Il n'est pas donné suite aux lettres ouvertes ou portant des adresses incomplètes. La rédaction raccourcit certaines lettres pour permettre un maximum d'opinions.Eric Jassin, échevin de la Population, de l'Etat civil, des Classes moyennes et du Tourisme. Commun