Le nouveau gouvernement wallon, suivant en cela un mouvement (presque) universel, déclare haut et fort faire l'impossible pour sauver l'environnement, des plantations obligées de haies indigènes au recours aux produits alimentaires de circuits courts pour...

Le nouveau gouvernement wallon, suivant en cela un mouvement (presque) universel, déclare haut et fort faire l'impossible pour sauver l'environnement, des plantations obligées de haies indigènes au recours aux produits alimentaires de circuits courts pour les cantines scolaires. Mais il est un créneau qui semble résister envers et contre tout à cette vague écologique, celui très important des " travaux ". Exemple flagrant : le retour du tram à Liège. Ce projet d'envergure est enfin en cours de concrétisation matérielle et on a appris récemment le choix du matériau pour beaucoup d'aménagements de sols qui y sont liés. De la pierre d'Irlande couvrira bientôt les rues traversées par le tram - comme d'ailleurs, faut-il le rappeler, les centres patrimoniaux de Nivelles et de Tournai, tout le piétonnier de Bruxelles, entre autres nombreux exemples à travers le pays. On rétorquera certainement que les directives européennes obligent à une ouverture des marchés publics, que l'Europe veille à faire respecter l'orthodoxie... Bref, malgré tous les beaux discours, ce sont toujours les considérations purement budgétaires qui l'emportent, écrasant toute considération sociale, éthique, environnementale ou patrimoniale... Dure réalité, bien éloignée des jolis rêves verts !