L'année 2019 fut l'année des 30 ans de la Convention internationale des droits de l'enfant, approuvée par l'assemblée générale des Nations unies le 20 novembre 1989. Je vous avoue ne pas savoir si cet anniversaire fut célébré dans notre pays. Cette convention reste, cepe...

L'année 2019 fut l'année des 30 ans de la Convention internationale des droits de l'enfant, approuvée par l'assemblée générale des Nations unies le 20 novembre 1989. Je vous avoue ne pas savoir si cet anniversaire fut célébré dans notre pays. Cette convention reste, cependant, bien d'actualité. J'en veux pour preuve l'attention spéciale apportée à la violence à l'encontre des enfants par le secrétaire général des Nations unies. Le constat est terrible.Toutes les cinq minutes, un enfant meurt victime de violence. Chaque année, la moitié des enfants du monde souffrent d'une forme quelconque de violence. Celle-ci affecte les enfants de tous âges mais, trop souvent, dès la petite enfance. Le rapport de l'Unicef, " Un visage familier " (novembre 2017), le reconnaît clairement. Pour ne citer que cet exemple : à travers le monde, trois enfants sur quatre, âgés de 2 à 4 ans, sont régulièrement victimes de mesures de discipline violentes de la part d'un parent ou d'une personne qui s'occupe d'eux. Six enfants sur dix de cet âge subissent des punitions physiques. Du chemin a été parcouru depuis trente ans, mais, reconnaissez-le, nous sommes loin du compte !