Lorsque Howard Phillips Lovecraft décède, le 15 juin 1937, emporté par le cancer de l'intestin qui avait encore empiré une existence qui ne brilla jamais par le bonheur, la célébrité commençait à peine à frapper à sa porte. Ce n'était que la dernière preuve d'ironie d'un destin qui avait longtemps joué avec ses pieds, lui qui n'avait quitté sa ville natale de Providence, à Rhode Island (Etats-Unis), que pour essuyer échec sur échec - jusqu'à ce qu'il y revienne mourir. Il faut dire que les choses avaient mal commencé : alors qu'il est âgé de 3 ans, son père, petit commerçant spécialisé dans la vente de métaux précieux, est interné pour démence ; écolier, il passe d'épisode de maladie en épisode de maladie ; lorsque son grand-père disparaît, lui, sa mère et ses tantes se retrouvent sans le sou ; la dépression le frappe avant de recevoir son diplôme de fin d'études (qu'il n'obtiendra jamais, brisant son rêve d'étudier l'astronomie à l'université). La mort de la mère de Lovecraft (il a 31 ans) scelle définitivement son avenir : elle aussi fut internée pour " hystérie " et " dépression " avant de décéder des complications liées à une opération de la vésicule biliaire. Il était dit que la vie du jeune surdoué de Providence qui, ...