Peut-on rendre une modeste maison de rangée aussi grande et aussi lumineuse que possible tout en l'adaptant aux exigences contemporaines de confort ? Ce fut la question cardinale posée par le maître d'ouvrage à son architecte, Willem Van de Putte. Sa réponse - doublement affirmative - fut d'opérer une rénovation de fond en comble, sans pour autant toucher aux atouts initiaux de la maison. " Pour l'agencement, je privilégie toujours une définition claire et préc...

Peut-on rendre une modeste maison de rangée aussi grande et aussi lumineuse que possible tout en l'adaptant aux exigences contemporaines de confort ? Ce fut la question cardinale posée par le maître d'ouvrage à son architecte, Willem Van de Putte. Sa réponse - doublement affirmative - fut d'opérer une rénovation de fond en comble, sans pour autant toucher aux atouts initiaux de la maison. " Pour l'agencement, je privilégie toujours une définition claire et précise de la fonction de chacune des parties de la maison ", explique l'architecte. Le propriétaire a totalement souscrit à cette vision. Il en résulte un rez-de-chaussée tout en ouverture, avec trois zones bien délimitées formant un ensemble dynamique. A l'avant, la salle à manger ; au milieu, un meuble de cuisine allongé ; et côté jardin, le salon. L'entrée communique avec la salle à manger et le salon par une grande ouverture. En reliant les zones de circulation et d'habitation, à l'avant comme à l'arrière, elle crée une impression très nette de spatialité. L'espace situé au-dessus de l'ancienne cuisine a été maintenu mais entièrement renouvelé. Sa destination a toutefois radicalement changé : c'est devenu la chambre du fils Milan. " Une construction en ossature bois, explique l'architecte Van de Putte, parachevée en zinc avec joint debout. " Au-dessus du premier étage, un second niveau - auparavant inexistant - a été ajouté selon les mêmes méthodes de construction. Des lanterneaux de toiture ont été installés pour faire pénétrer davantage de lumière dans cette maison ceinturée de toutes parts. Ainsi, à hauteur du salon, on découvre désormais une coupole composée d'une plaque plane de double vitrage en verre feuilleté, nichée dans un encadrement invisible de l'intérieur. En principe, on peut même marcher dessus. Aux étages, un double lanterneau a été installé selon le même principe. On peut donc traverser tous les étages du regard, par les plafonds. On a ouvert dans chacun d'eux une bande d'environ un demi-mètre de largeur, en parfaite superposition. Au premier étage, la bande parcourt le plafond du hall de nuit dans toute sa longueur ; au deuxième, elle perce le plafond de la chambre. La luminosité ainsi créée illumine généreusement la maison, de tout en haut jusqu'à tout en bas. Architecte : Willem Van de Putte. sofie de vriese