Le Premier ministre De Croo s'est clairement exprimé: "Ce sont ceux qui ne se font pas fait vacciner qui sont responsables." Ces accusations pertinentes, graves, et apparemment courageuses devaient conséquemment être suivies de l'annonce de...

Le Premier ministre De Croo s'est clairement exprimé: "Ce sont ceux qui ne se font pas fait vacciner qui sont responsables." Ces accusations pertinentes, graves, et apparemment courageuses devaient conséquemment être suivies de l'annonce de mesures spécifiques concernant les antivax. Hélas, le discours officiel est resté muet à ce sujet. La situation est la suivante: une masse de gens (les antivax) met en danger une autre masse de gens (nous tous, y compris les premiers). Selon le code pénal en ses articles 422 bis, ter et quater ayant pour titre "Quelques abstentions coupables", nous devons intervenir sinon il y a délit de non-assistance à personne en danger. Seuls nos élus ont compétence et pouvoir légal pour éradiquer ce danger diffus en obligeant les non-vaccinés à se faire vacciner. Comme, selon toute évidence, ces élus s'en abstiennent, ils se rendent coupables et sont donc punissables. Je livre ma réflexion à la sagacité des pénalistes. [...] Il serait fortement souhaitable que le législateur se penche rapidement sur cette problématique vitale de la vaccination car la pandémie actuelle est toujours bien présente et n'est vraisemblablement pas l'ultime que le monde affrontera.