Pourquoi les lapins ne portent pas de lunettes ? Parce qu'ils mangent des carottes ! " Cette plaisanterie a un fond de vérité : certains fruits et légumes sont excellents pour la santé de l'oeil. Ils contiennent en effet de nombreuses substances naturellement présentes dans nos yeux et dont la consommation peut contribuer à nous protéger contre des maladies comme la dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA), explique Julie Jacob, ophtalmologue à l'UZ Leuven.
...

Pourquoi les lapins ne portent pas de lunettes ? Parce qu'ils mangent des carottes ! " Cette plaisanterie a un fond de vérité : certains fruits et légumes sont excellents pour la santé de l'oeil. Ils contiennent en effet de nombreuses substances naturellement présentes dans nos yeux et dont la consommation peut contribuer à nous protéger contre des maladies comme la dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA), explique Julie Jacob, ophtalmologue à l'UZ Leuven. Cette maladie s'accompagne d'une dégradation progressive de la tache jaune de la rétine, appelée macula, zone centrale du champ visuel qui nous permet de bien voir les choses qui nous entourent. " C'est celle que nous utilisons pour lire, regarder la télévision, reconnaître les visages, voir où nous posons les pieds, etc., explique la spécialiste. L'atteinte progressive de cette partie du champ visuel rend ces activités de plus en plus difficiles, voire impossibles. Heureusement, la vision périphérique est préservée, ce qui permet tout de même encore de faire certaines choses, fût-ce avec plus de difficultés. Chez les personnes âgées qui souffrent souvent déjà d'autres maladies, ce problème peut avoir des répercussions considérables sur la vie, notamment sociale. " Environ 10 % des personnes de plus de 65 ans souffrent d'une dégénérescence de la macula, qui s'aggrave avec l'âge. D'après Julie Jacob, il s'agit même de la première cause de malvoyance grave chez les seniors, mais ses premiers signes peuvent se manifester dès 50 ans. " La macula est appelée 'tache jaune', du fait de la présence de colorants, comme la lutéine ou la zéaxanthine, qui forment une sorte de parapluie protecteur au-dessus des récepteurs de lumière nichés plus bas, au sein de la macula. Ces récepteurs sont chargés de filtrer une grande partie des rayons de lumière bleue, qui peuvent altérer la vision ", explique l'ophtalmologue. La macula a grand besoin de cette protection, car le rythme métabolique de la rétine est passablement intense ; elle concentre en outre la lumière entrante, qui risque d'y endommager diverses structures. On peut la comparer à un vêtement dont les couleurs s'affadissent sous l'effet d'un soleil intense ou à un plastique littéralement dégradé par ses rayons. L'élimination et la réparation des parties endommagées libèrent aussi une foule de déchets susceptibles de perturber les délicates structures de la rétine. Là encore, les colorants se montrent bien utiles, car ils exercent un effet inhibiteur sur les possibles réactions inflammatoires impliquant ces débris. Notre organisme est toutefois incapable de fabriquer lui-même ces colorants protecteurs, et doit les trouver dans l'alimentation. Les légumes-feuilles verts et les fruits et légumes jaunes, rouges et orange en sont par exemple d'excellentes sources, tout comme le jaune d'oeuf. Le conseil de mettre plus de jaune, de rouge et d'orange dans son assiette peut de prime abord sembler un peu fantaisiste... mais des preuves scientifiques sérieuses attestent qu'une alimentation adaptée peut protéger de la DMLA. Certains chercheurs affirment que cet effet pourrait atteindre voire dépasser 60 %, en particulier avec un régime méditerranéen strict, riche en légumes, en fruits, en légumineuses, en céréales complètes et en laitages, assortis d'un peu de poisson et de quantités très limitées de viande rouge.