Construire une maison trois façades sur une parcelle large d'environ 8,50 mètres, c'est un véritable défi que l'architecte a relevé avec brio. Le souhait tout légitime des maîtres d'ouvrage était de réaliser une habitation au look actuel. Petit bémol toutefois : une rue principalement bordée de résidences classiques, où la nouveauté peine parfois à s'installer.
...

Construire une maison trois façades sur une parcelle large d'environ 8,50 mètres, c'est un véritable défi que l'architecte a relevé avec brio. Le souhait tout légitime des maîtres d'ouvrage était de réaliser une habitation au look actuel. Petit bémol toutefois : une rue principalement bordée de résidences classiques, où la nouveauté peine parfois à s'installer. Tout a été mis en oeuvre pour épouser au mieux le profil du volume mitoyen contre lequel le projet s'établit. Tout en proposant une architecture contemporaine, les étages sont littéralement calqués sur les niveaux existants, sans aucun dépassement à l'arrière pour ne pas prendre trop de lumière aux voisins. La commune imposait aussi de respecter une distance minimale de deux mètres par rapport à l'autre maison voisine, et d'intégrer dans l'architecture un retrait latéral au dernier niveau. Outre l'aspect esthétique, il fallait concevoir un lieu capable d'accueillir une famille de cinq, avec une chambre pour chaque enfant, plusieurs salles d'eau et des locaux complémentaires tels qu'un bureau, une salle de jeu, une buanderie, un cellier, etc. Bref, une gageure dans un espace limité. " Le challenge était de répondre à ce programme de manière aussi efficace que possible et de le faire entrer dans l'espace défini par l'urbanisme, précise l'architecte. C'était un réel exercice de compacité. " Et la construction apparaît compacte, certes, mais pas massive. Les découpes volumétriques imaginées par l'architecte au niveau des façades permettent de dissocier les volumes et d'alléger l'architecture. La sobriété est de mise, tandis que le blanc est contrasté par des touches de bois et d'aluminium. Si le socle du rez-de-chaussée est constitué de blocs de béton pour reprendre les charges supérieures et assurer le soutien contre terres, la totalité de la construction hors sol est réalisée en ossature bois. " Le choix de la préfabrication s'adaptait spécialement bien aux besoins du chantier : les raccords en toiture, pour se raccrocher parfaitement aux niveaux voisins, exigeaient un système constructif précis, explique Bertrand Noël. " Côté intérieur, l'ossature est refermée par une contre-cloison isolée qui permet le passage des techniques. Côté extérieur, les cadres en bois sont parachevés à l'aide de panneaux isolants en fibres de bois prêts à crépir. Une isolation naturelle en cellulose est insufflée dans l'épaisseur de l'ossature. Parfaitement orientée, l'habitation bénéficie des rayons du soleil du matin au soir. Réalisation : Bertrand Noël (Open Architectes) www.openarchitectes.be Architecte d'intérieur : Martine Dressou www.martinedressou.com Découvrez l'intégralité du texte et les plans de ce reportage dans le magazine Je vais construire/Tu bâtis je rénove d'avril en vente chez votre libraire. www.jevaisconstruire.be Marie Delooz