En intitulant son solo show Cosmic spring, le Tchèque Jan Kalab (Prague, 1978), qui vient de susciter l'unanimité dans la galerie de Magda Danysz, à Paris, ne fait certes pas aveu de mo...

En intitulant son solo show Cosmic spring, le Tchèque Jan Kalab (Prague, 1978), qui vient de susciter l'unanimité dans la galerie de Magda Danysz, à Paris, ne fait certes pas aveu de modestie. On ne lui tiendra pas rigueur de vouloir rivaliser avec les forces naturelles tant l'exposition en question s'avère aussi puissante que régénératrice. Flottant et vibrant dans un espace à la blancheur immaculée, les pièces déclinent un chromatisme d'aurore boréale. Le visiteur doit se frotter les yeux pour se défaire de cette impression persistante que les toiles sont rétroéclairées. Il n'en est bien sûr rien. C'est le seul geste du plasticien qui infuse la lumière à des créations aux châssis sophistiqués - c'est l'intéressé lui-même qui les conçoit. Il en va de même pour le jeu subtil sur les couleurs que l'on doit à un usage incroyablement précis de la bombe aérosol.